Schlumberger, Copeau, Gide : l’art de la mise en scène

Etude, à partir de documents le plus souvent inédits, du rôle que jouait l’art de la mise en scène pour Jean Schlumberger, Jacques Copeau et André Gide

Liste des participants :

Pierre-Marc de Biasi, Serge Bourjea, Marco Consolini, Jérôme Deschamps, Macha Makeieff-Deschamps, Danièle Giraudy, Patrick Kéchichian, Robert Kopp (organisateur), Frank Lestringant, Michel Leymarie, Pierre Masson, Guillaume Métayer, Mercedes Monmany, Jean-Pierre Prévost, Peter Schnyder (organisateur)

Kopp_Schnyder_ groupe_2014

Voir l’exposition “La bibliothèque se met en scène pour le séminaire autour d’André Gide, de Jean Schlumberger et de Jacques Copeau”

Compte rendu

Schlumberger, Copeau, Gide : l’art de la mise en scène
par Robert Kopp et Peter Schnyder
5 – 10 mai 2014

Du 4 au 10 mai 2014, Robert Kopp et Peter Schnyder ont organisé aux Treilles des Entretiens destinés à mettre en valeur les collections des Fonds Schlumberger et André Gide qu’abrite désormais la Fondation. L’idée était d’étudier, à partir de documents le plus souvent inédits, le rôle que jouait l’art de la mise en scène pour les trois écrivains.

Il ne s’agissait pas pour autant de retracer l’histoire du Vieux-Colombier, encore que cet aspect de la question ait été présent à travers une exposition préparée par Jean-Pierre Prévost qui, une fois de plus, a fait la démontré à quel point les documents iconographiques sont indispensables pour l’histoire des Lettres. Il faut espérer que les moyens nécessaires lui soient alloués pour la publication de cet ensemble, qui s’inscrit dans le droit fil de ses travaux précédents.

Le véritable thème de ces Entretiens était la mise en scène dans la vie et dans les œuvres de nos trois écrivains. En effet, tout relève peu ou prou du théâtre : la vie sociale (avec ses différents lieux d’échanges organisés comme des théâtres, que ce soit les salons, les rencontres de Pontigny, les voyages), les relations entre écrivains (à travers les correspondances où le jeu de rôle prend une grande place), la vie littéraire (organisée comme un théâtre), l’écriture (souvent, le glissement du roman vers l’écriture théâtrale est à peine perceptible) et même, dans le cas de Gide, la critique. Par « art de la mise en scène », nous avons tenté d’examiner en quoi consistait cette « théâtralisation » de leurs existences et de leurs écritures à un moment où la scène subissait à son tour de profonds bouleversements et se rapprochait de la vie de tous les jours. Comme l’espace scénique a été l’un des centres de nos préoccupations, les organisateurs tenaient également à faire participer des femmes et des hommes de théâtre, persuadés qu’ils sont que le théâtre n’est pas un genre littéraire mais une pratique.

Les actes de ce séminaire paraîtront en 2015 chez Gallimard, dans la série “Les entretiens de la Fondation des Treilles”. Les organisateurs remercient la Fondation des Treilles pour l’accueil, une fois de plus parfait.

 

Frank Lestringant Macha Deschamps Jérôme Deschamps Danièle Giraudy Anne Bourjade Patrick Kechichian Peter Schnyder Pierre Masson Pierre-Marc de Biasi Michel Leymarie Robert Kopp Serge Bourjea Marco Consolini Jean-Pierre Prévost Mercedes Monmany Guillaume Métayer Schlumberger, Copeau, Gide : l'art de la mise en scène - the art of staging- Fondation des Treilles
Ce contenu a été publié dans Comptes rendus, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.