Résidence d’auteur : lauréats 2018

Lauréats 2018

En 2019, la Fondation des Treilles accueillera les trois lauréats désignés, pour l’année 2018, par son jury du prix de la résidence d’auteur :

* Violaine Bérot, durant trois mois, pour la rédaction d’une fiction dans laquelle il sera question du rapport de l’homme contemporain à la nature et aux bêtes, de vie en marge de la société consumériste, d’entraide mais aussi d’effondrement de notre civilisation industrielle.

* Eddie Breuil, également durant trois mois, pour un essai « Critique de la poésie »

* et  Spyridon Tegos, durant deux mois, pour un essai portant sur les principaux courants des Lumières concernant la civilité opérée par la pensée d’Adam Smith et sur sa réception en France dans les Lumières finissantes.

Violaine Bérot

Violaine Bérot est née en 1967 au cœur de la montagne pyrénéenne. Vie et écriture sont depuis toujours entremêlées dans son parcours. A partir de son corps de femme elle écrit sur les ressentis, les émotions, les intuitions. Son dernier roman, Tombée des nues (Buchet-Chastel, 2018), raconte au travers des voix de sept personnages le bouleversement provoqué dans une petite communauté villageoise par l’arrivée d’un enfant inattendu.

Quelques années égarée en ville, cette fille de la nature est vite retournée à ses sources. Délaissant modernité et croissance contre une vie sobre, elle expérimente depuis 20 ans à ce que vivre en marge de notre monde contemporain signifie.

Son actuel projet de roman rejoindra ces préoccupations. Les 3 mois de résidence à la Fondation des Treilles lui permettront de continuer un travail initié en Suisse à la Fondation Michalski dans lequel il sera question du rapport de l’homme contemporain à la nature et aux bêtes, de vie en marge de la société consumériste, d’entraide mais aussi d’effondrement de notre civilisation industrielle.

« Les pages blanches que je remplis ne sont que les balbutiements de mes textes à venir. Écrire, pour moi, c’est surtout ce qui vient après le premier jet. Écrire c’est gommer, raturer, reformuler, jeter, relire, écouter, recommencer. C’est ronger l’os pour atteindre la moelle. »

Voir son site

Spyridon Tegos

Spyridon Tegos est professeur assistant de philosophie moderne à l’université de Crète, Grèce. Il a effectué des séjours de recherche en Ecosse (Institute for Advanced Studies in the Humanities, Edinburgh), aux USA (Harvard, Princeton) et en France en tant que professeur invité (E.N.S. Lyon, Paris II Panthéon-Assas, E.H.E.S.S Paris). Son projet de recherche porte sur une généalogie des sentiments sociaux dans la modernité tout particulièrement au regard des manières et des mœurs dans les Lumières écossaises et françaises. Il s’intéresse également au développement d’une anthropologie philosophique au croisement de l’histoire de la philosophie, l’histoire des idées et les sciences sociales. Durant son séjour il prépare un essai portant sur les principaux courants des Lumières concernant la civilité et sa réception en France dans les Lumières finissantes, avant et après la Révolution, dans le cadre d’une généalogie des manières de la classe moyenne en Europe.

Ce contenu a été publié dans Activités, Prix de la Fondation des Treilles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.