Réexaminer le rôle de la plasticité phénotypique dans le processus évolutif

Liste des participants :

Erik Andersen, Charles F. (Charlie) Baer, Christian Braendle (organisateur), Ivo Chelo, Asher Cutter, Marie Delattre, Ronald E. (Ron) Ellis, Marie-Anne Félix, Eric Haag, Simon C. Harvey, Karin C. Kiontke, Patrick McGrath, Stephen (Steve) Proulx, Scott Rifkin, Mattew (Matt) Rockman, Henrique Teotónio (organisateur), Mark Viney

Braendle_Teotonio_Group_2014

Compte rendu

Plasticité phénotypique et évolution chez les nématodes Caenorhabditis
par Christian Braendle et Henrique Teotonio
25 – 30 août 2014

Résumé

L’un des défis majeurs de la biologie actuelle est de comprendre comment les variations de l’environnement interagissent avec le génome et les processus de développement pour produire de la diversité phénotypique, et de comprendre également comment ces interactions évoluent. Notre but est de mieux définir ces problèmes et de considérer les différentes approches permettant de les résoudre, en nous consacrant à la biologie de Caenorhabditis elegans et d’autres espèces voisines. Récemment, C. elegans est devenu un organisme modèle de choix pour la génomique comparative des populations et l’évolution expérimentale. Ces études, associées à l’utilisation des outils classiques de biologie cellulaire et du développement disponibles pour ce nématode, font de cet organisme l’un des mieux adaptés à l’étude de la plasticité phénotypique. Ainsi, des processus cellulaires et développementaux bien caractérisés peuvent être soumis à des variations de l’environnement ou à des manipulations génétiques, tandis que des protocoles d’évolution expérimentale à long terme, à partir de variation naturelle existante ou de mutation, peuvent être couplés à la cartographie à haute résolution de phénotypes complexes. Les réseaux de gènes et leur dynamique temporelle peuvent être étudiés par la création de modèles informatiques. Cette conférence aux Treilles a rassemblé des spécialistes reconnus de la plasticité phénotypique, de l’évolution des réseaux de gènes, de la structure des génomes, de la génétique des populations, de la cartographie QTL et GWAS, de l’expression génique, de la détermination du sexe et du développement de la lignée germinale, mais aussi du comportement et de l’écologie. Des intervenants venant de différents pays d’Europe ou des Etats-Unis, avec une expertise à la fois théorique et pratique étaient présents. Parmi eux se trouvaient de nombreux jeunes chercheurs ayant récemment créé leurs groupes indépendants.

Mots clés

Variance phénotypique, plasticité phénotypique, interactions gènes-environnement, carte génotype-phénotype, nématodes Caenorhabditis, évolution.

Télécharger le compte rendu Revisiting the role of phenotypic plasticity in evolution

 

 

 

Asher Cutter Mark Viney Christian Braendle Ivo Chelo Marie-Anne Félix Stephen (Steve) Proulx Ronald E. (Ron) Ellis Henrique Teotónio Marie Delattre Karin C. Kiontke Erik Andersen Matthew (Matt) Rockman Charles F. (Charlie) Baer Eric Haag Simon C. Harvey Patrick McGrath Scott Rifkin Revisiting the role of phenoplasticity in evolution using Caenorhabditis nematodes as model organisms - Fondation des Treilles, August 2014

Ce contenu a été publié dans Comptes rendus. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.