Haut
Pluie le matin © Dominique Laugé

Le domaine

  -    -  Le domaine

La longue création d’une “œuvre totale”

« En 1960, par une journée ensoleillée d’hiver, je me trouvais assise sur une restanque au lieu-dit « Les Treilles »… A mes côtés Pierre Barbe, aussi étonné que moi-même, goûtait à une partie de campagne. Que faisions-nous dans ce paysage du bout du monde, relié à Tourtour seulement par sentiers et carraires à moutons ? De lointains bleutés s’étendaient à l’infini… Murs et oliviers abandonnés émergeaient d’une végétation en broussaille. »Anne Gruner Schlumberger

Maîtriser ce vaste espace, alors maquis et forêts sans tracé, était une gageure.

« Séduit par l’idée, Pierre Barbe choisit l’emplacement de maisons anciennes où bientôt une architecture s’imposa par sa simplicité, une harmonie extérieure comme intérieure reliant les maisons entre elles.  Étroitement associé était Henri Fisch, dont les plantations précédaient et accompagnaient les constructions. Sa vision de l’avenir a créé le paysage d’aujourd’hui .»Anne Gruner Schlumberger

Echelonnés de 1960 aux années 1980, les travaux se dérouleront selon quatre étapes et trois degrés d’intervention du maître d’œuvre, qui vont de la réhabilitation de maisons anciennes ou de la reprise d’un socle préexistant à la création intégrale ex-nihilo.

Architectures et paysages vont au fil du temps s’enrichir d’œuvres d’art et notamment de sculptures commandées par Anne Gruner Schlumberger à plusieurs artistes de ses amis dont Max Ernst, Henri Laurens, François-Xavier Lalanne, Yassilakis Takis… l’ensemble formant une œuvre totale inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2009.

Réalité d’un rêve où Anne Gruner Schlumberger voyait « sans barrière et sans frontière, un écrivain, un philosophe, un géologue, chacun penché sur son œuvre et tous, apporter leur esprit de création », le domaine des Treilles est aujourd’hui encore un lieu privilégié de réflexion, de rencontres et d’échanges.

Barjeantane © Dominique Laugé

Barjeantane © Dominique Laugé

Fonctionnement

Vingt-sept personnes, réparties en sept équipes aux Treilles et à Paris, assurent en permanence l’entretien et le fonctionnement des lieux :

  • L’administration et la comptabilité
  • L’organisation et l’accueil des activités
  • La bibliothèque et le patrimoine
  • La cuisine
  • L’équipe d’entretien
  • L’équipe agricole
  • L’équipe horticole
  • Le ménage et le gardiennage

L’ensemble des actions concernant la mise en valeur et l’entretien du domaine est mené en concertation avec les professionnels concernés : architecte, paysagiste.

Cuisine

© Dominique Laugé

Les lieux

Parcelles agricoles, forêts et végétation libre

Le domaine est vallonné et situé à une altitude moyenne de 600 mètres. La vue s’étend au-dessus de collines boisées vers le massif de l’Esterel, la Sainte Victoire et, par une belle journée froide, jusqu’à la Corse.

Il est composé de parcelles agricoles (vignes, oliviers en restanques, lavandin) et de vastes zones de végétation libre. Ces dernières présentent une grande diversité, qu’il s’agisse de flore provençale ou d’essences forestières. Les chemins qui les parcourent et les lacs du “Grain de Paille” sont particulièrement propices à la réflexion.

La vie des hôtes du domaine est organisée autour de la Grande Maison. Celle-ci contient la salle de conférences, la bibliothèque et la salle à manger. Elle dispose d’un accès Internet haut-débit avec Wifi.

Les chaudes journées d’été incitent à profiter des trois piscines qui servent également de réserve d’eau aux véhicules de lutte contre l’incendie de la Fondation.

Lavande et oliviers © Dominique Laugé

Lavande et oliviers © Dominique Laugé