Mankind and warefare

Participants :

Jean Baechler (organiser), Laure Bardiès, Michèle Battesti, Lucien Bély, Bernard Boëne, Jean-Pierre Bois, Pierre Charau, Jean-Claude Cheynet, Philippe Contamine, Salvator D’Onofrio, Antony Dabila, Pierre Delvolvé, Pierre Kerbrat, Jérôme de Lespinois, Christian Malis, Laurent Quisefit, Frédéric Ramel, Marion Trévisi-Latouche, Laurent Vissière

Baechler_Groupe_Homme_et_guerre_2016

Mankind and Warfare
by Jean Baechler
29 August – 3 September, 2016

Resume (in French)

Le séminaire, conçu pour couronner un vaste programme (2012-2016) patronné par l’Institut de France et l’Académie des Sciences Morales et Politiques sur la place de la guerre dans l’aventure humaine, a réuni des historiens de toutes époques et aires culturelles, des ethnographes, des sociologues, des juristes et des philosophes. La centralité de la guerre dans les affaires humaines depuis l’aube du néolithique a été mise en lumière et thématisée. Un junior a participé aux débats.

Keywords: War, peace, diplomacy, gender, posttraumatic disorders.

Review (in French)

Le séminaire, organisé et dirigé par Jean Baechler, professeur émérite de l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Institut, a été conçu comme le bouquet final d’un programme pluriannuel (2012-2016) consacré à « L’homme et la guerre », sous le patronage de l’Institut de France, de l’Académie des sciences morales et politiques et de la Fondation Del Duca. Un total de dix-huit colloques de trois jours et séminaires de deux jours a effectué le programme. Quatre colloques ont eu pour thèmes « Guerre et politique » (2013), « Guerre et religion » (2014), « La guerre civile » (2015) et « Guerre et histoire » (2016). Quatorze séminaires ont étudié les rapports réciproques de la guerre avec : la pensée stratégique, les arts, l’économie et la fiscalité, la psychologie, les armées, les non-combattants, le droit, la géographie, la bataille, la technique, les éléments naturels, la santé, les femmes. L’entreprise a mobilisé plusieurs centaines de spécialistes de toutes disciplines universitaires et des différentes armées.

La réunion des Treilles avait pour propos de faire le point sur l’acquis et de repérer ce qu’il reste à faire pour tenir le pari initial : montrer que la guerre est un objet historique total par excellence et que son étude scientifique est indispensable à une compréhension et à une explication de l’aventure humaine depuis dix à douze mille ans, et ce dans toutes ses dimensions. Les invités avaient tous participé activement au déroulement du programme. Ce critère de choix était la garantie que le séminaire ultime serait marqué par la diversité extrême des sujets et des approches. Le pari a été tenu au-delà de toute promesse. La liste des exposés successifs en est le pâle reflet :

– Jean Baechler (Paris-Sorbonne ; Académie des sciences morales et politiques) : « Les origines de la guerre »

– Marion Trévisi (historienne moderniste, Université de Picardie) : « Les femmes et la guerre en France à l’époque moderne »

– Laurent Vissière (historien médiéviste, Paris-Sorbonne) : « La guerre et le temps déréglé (XVe siècle) »

– Salvatore D’Onofrio (ethnographe, Université de Palerme) : « Bataille sans combattre : les Ayore du Chaco paraguayen »

– Laurent Quisefit (orientaliste, INALCO) : « Invasions, destructions, rumeurs : la Corée face aux invasions mongoles »

– Pierre Charau (germaniste, chargé de mission à l’Académie des sciences morales et politiques) : « La Guerre de Trente Ans vue d’en bas, au travers de l’œuvre de Grimmelshausen »

– Christian Malis (groupe Thalès) : « La guerre est-elle le moteur de l’histoire ? »

– Jean-Claude Cheynet (historien byzantiniste, Paris-Sorbonne) : « Loyauté et trahison au sein de l’armée byzantine »

– Philippe Contamine (historien médiéviste, Paris-Sorbonne, Académie des inscriptions et belles lettres) : « Guerre et paix entre les nations : l’exemple de la chrétienté latine à la fin du Moyen Âge »

– Bernard Boëne (sociologue, université de Rennes) : « Un projet de modélisation analogique du climat stratégique »

– Jean-Pierre Bois (historien moderniste, Université de Nantes) : « Le soldat aux XVIIe et XVIIIe siècles : l’armée et la guerre, la vie et la mort »

– Michèle Battesti (polémologue, IRSEM) : « Les blessures psychiques de guerre »

– Pierre Delvolvé (juriste, Université de Paris-Assas, Académie des sciences morales et politiques) : « De la guerre à la paix : modalités juridiques »

– Lucien Bély (historien moderniste, Paris-Sorbonne) : « Homme de guerre, homme de paix (XVIIe-XVIIIe siècles)»

– Laure Bardiès (sociologue, école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan) : « Les négations de l’ennemi »

– Frédéric Ramel (politologue, SciencesPo Paris) : « Guerre et esthétique »

– Jérôme de Lespinois (armée de l’air, IRSEM) : « Guerre aérienne et guerre totale »

– Antony Dabila (sociologue, Université de Lyon III) : « La guerre comme expérience mystique »

– Yves Bruley (historien contemporanéiste, EPHE IVe Section : « Victor Hugo et les guerres de Napoléon III »

– Pierre Kerbrat (historien médiéviste, secrétaire général de l’Académie des sciences morales et politiques) : « La guerre à contretemps ».

Les actes de ce colloque seront publiés aux éditions Hermann, qui assurent l’édition de tous les actes de tous les colloques et séminaires. Le volume né aux Treilles couronnera une série de plus de quinze volumes. Septem

Jean Baechler Laure Bardiès (absente sur la photo) Michèle Battesti Lucien Bély Bernard Boëne Jean-Pierre Bois Pierre Charau Jean-Claude Cheynet Philippe Contamine Salvator D'Onofrio Antony Dabila Pierre Delvolvé Pierre Kerbrat Jérôme de Lespinois Christian Malis Laurent Quisefit Frédéric Ramel Marion Trévisi-Latouche Laurent Vissière L'homme et la Guerre - Mankind and Warfare - Fondation des Treilles
This entry was posted in Reviews and tagged , , , , . Bookmark the permalink.