Haut
Image Alt

Les Rencontres des Treilles

  -    -  Les Rencontres des Treilles

Les Rencontres
de la Fondation des Treilles

Les Rencontres des Treilles sont des moments privilégiés pour découvrir les activités organisées par la Fondation dans les domaines de la recherche et de la création.

Instants des rencontres

Des rencontres plurielles

Habituellement fermée au public, la Fondation des Treilles organise régulièrement depuis 2017, en partenariat avec des institutions publiques et privées, des rencontres scientifiques et culturelles destinées à faire partager ses activités.

Les rencontres littéraires ont été initiées en 2018 en partenariat avec la médiathèque du pôle culturel Chabran de la Communauté d’Agglomération Dracénoise. Lors de ces rencontres, l’auteur en résidence à la Fondation partage un moment de lecture avec son public et, guidé par un modérateur, lui explique le cheminement parcouru dans l’écriture de son roman.

Lors des rencontres artistiques, nos résidents exposent leurs œuvres et font découvrir au visiteur les liens qu’ils entretiennent avec l’art : la photographie majoritairement, mais aussi la peinture, la musique ou la littérature. Ils exposent le travail fourni en résidence et dévoilent le résultat de leur inspiration.

D’autres rencontres pluridisciplinaires sont également organisées, comme celle ayant eu lieu à l’hôtel de Sauroy (Paris) en 2018, où des chercheurs ayant séjourné aux Treilles, des artistes en résidence, des chanteurs lyriques de la Master Class et des intervenants de la Fondation ont été à la rencontre du public afin d’évoquer les différentes missions et champs d’intervention de la Fondation dans le domaine culturel.

Rencontre avec…

Geneviève Parot

Geneviève Parot, en résidence d’écriture pour trois mois à la Fondation des Treilles, a participé à une rencontre animée par Élodie Karaki à la médiathèque Jacqueline de Romilly à Draguignan le 9 octobre 2021.

D’abord passée par le théâtre et la radio, Geneviève Parot a un premier contact avec l’écriture au travers de la rédaction de scenarii, de chansons et de l’adaptation de textes comme La porteuse de pain de Xavier de Montépin.

Puis, en 2005, paraît son premier roman Trois sœurs. Un long silence suivi en 2009 de La folie des solitudes, parus tous les deux chez Gallimard.

Dans son premier ouvrage, Geneviève Parot raconte le destin de trois sœurs, Simone, Marie et Marthe, dans « une fascinante traversée du XXe siècle, décrite avec précision et économie » (Josyane Savigneau, Le Monde des Livres, 12 mai 2005)

“Je me souviens qu’il traçait un cercle au tableau et nous demandait d’en suivre la ligne. On ne pouvait jamais en trouver la fin, bien sûr, et c’était cela, l’éternité. Tourner sans fin en rond sur ses pas, comme un âne à la noria. Je n’aimais pas cette idée-là. Et encore aujourd’hui elle me fait peur, avec sa logique humaine. Je n’y crois pas. Je préfère m’imaginer l’éternité comme une ligne qui part de la mort et qui grimpe, qui monte à travers les airs, dépasse les oiseaux, les nuages […], échappe à l’attirance de la terre, arrive là où le ciel ressemble à la nuit, et continue d’aller, très loin, entre les astres et les étoiles, sans fin.”

Pour son deuxième roman, La folie des solitudes, Geneviève Parot s’inspire librement d’un fait divers de parricide survenu dans la Creuse dans les années 1920.

Ensuite, Geneviève Parot et Élodie Karaki ont échangé sur les thématiques chères à l’auteure : l’héritage secret transmis d’une génération à l’autre, le désir d’engagement et ses désillusions, l’inscription des destins individuels dans l’ « Histoire avec sa grande hache » (selon l’expression de Georges Perec), mais aussi sur la question du genre : nouvelle et roman, et distinction entre littérature noire et littérature blanche, que notre auteure relativise.

Avant, bien sûr, d’évoquer la trame de son prochain récit, projet pour lequel elle a obtenu Le prix Résidence d’auteur.

 

…le public des rencontres photographiques d’Arles – du 6 au 10 juillet 2021.

Rendez-vous et expositions ont animé “la maison des Treilles” située au coeur de la vieille ville. Ouverte au public, la “Maison des Treilles” a été investie par les lauréats du Prix de la Résidence pour la photographie. Certains y ont présenté leur projets réalisés au cours de leur résidence, d’autres, leurs nouvelles réalisations. Outre les manifestations programmées, le lieu a permis d’exposer les travaux des lauréats 2019/2020, de susciter de nouvelles rencontres et d’imaginer d’autres projets.

Cette première édition a été aussi l’occasion pour Maryvonne de Saint Pulgent, présidente de la Fondation, de saluer le travail remarquable de Laura Serani, qui a présidé le jury pendant 7 ans, et d’en présenter les nouveaux membres et Jean-Luc Monterosso qui lui succède.

Voir le programme de l’édition 2021

      

 

Garance Meillon

Samedi 22 mai a eu lieu à la Médiathèque d’Agglomération de Draguignan une rencontre littéraire avec Garance Meillon, lauréate de la Résidence d’auteur 2021, autrice actuellement en résidence à la Fondation des Treilles.

Lors de cette rencontre animée par Marion Couraleau, Responsable du Pôle Adulte du Réseau de lecture publique, notre auteure a évoqué son parcours d’écrivain  en ponctuant son récit de nombreuses lectures d’extraits des trois romans qui composent son oeuvre : la douleur fantôme, une famille normale (éditions Fayard), les corps insolubles (éditions Gallimard). 

Dans son dernier roman, les corps insolubles, les deux personnages principaux, Frédéric et Alice, n’auraient jamais dû se rencontrer. Le premier, issu d’une famille modeste, passe une enfance douloureuse dans les années 70, entre les barres d’immeubles de sa cité, les coups quotidiens de son père, et bientôt la drogue. La seconde ne rêve que de danse et fuit le conformisme de sa famille bourgeoise dijonnaise pour s’évader à Paris, dans la poursuite renouvelée d’une existence hors des sentiers battus.

Mais, un soir de 1983, Alice croise Frédéric. Elle le sauve de sa pente dangereuse, tandis qu’il lui offre la possibilité d’un amour hors du commun.Ces corps insolubles, pendant un temps, vont se fondre ensemble.

À travers ce roman, Garance Meillon explore les trajectoires incandescentes de deux personnages que tout sépare, chaque chapitre se faisant l’écho du précédent, et dresse le portrait d’un amour sur fond d’années 80, entre néons roses et blousons noirs.

« André Gide et les peintres » : Table ronde et parcours dans les collections

Cette rencontre a été organisée à l’occasion de la parution du livre dirigé par Pierre Masson en collaboration avec Geneviève Masson et Olivier Monoyez, aux Éditions Gallimard (Inédits de la Fondation des Treilles, collection Les cahiers de la NRF).

Elle a eu lieu le 13 février 2020 à l’auditorium du Musée d’Orsay.

Dans le prolongement des publications dans la série Les Entretiens des Treilles chez Gallimard, un nouveau volume intitulé André Gide et les peintres. Lettres inédites documente les liens d’André Gide avec Maurice Denis, les Van Rysselberghe ou les Bussy et permet de saisir la diversité et l’évolution du rapport de l’écrivain avec les peintres. Ce corpus inédit, qui éclaire l’amitié qui liait André Gide à des artistes comme Odilon Redon ou le fresquiste René Piot, donne aussi l’occasion de mettre en lumière le soutien de l’écrivain, familier des galeries et des salons, à ses contemporains, notamment par l’achat de leurs œuvres.

Accéder au programme

 

Rencontre avec…

Violaine Bérot

Lors de sa rencontre avec le public de la médiathèque, Violaine Bérot, lauréate de la Résidence d’auteur 2019, a abordé le thème de son dernier ouvrage : le déni de grossesse.

Tombée des nues raconte une naissance par surprise, par effraction.

Une nuit de tempête de neige, seule dans sa salle de bains, une femme met au monde un enfant. Mais est-ce concevable d’accoucher quand on n’a pas eu conscience d’être enceinte? Par un jeu de voix croisées, Violaine Bérot nous raconte l’histoire d’une déroutante maternité.

Que ce bébé se soit permis de pénétrer à l’intérieur de moi sans ma permission m’était intolérable, je n’acceptais pas la violence avec laquelle il s’était imposé dans mon corps, je ne pouvais pas supporter cette intrusion, cette “souillure”, mais à qui aurais-je pu raconter cela...”

L’auteure a beaucoup travaillé sur la forme, le rythme, et a ajouté une spécificité à son jeu d’écriture : l’absence de point. Ce qui concourt à rendre l’intrigue encore plus haletante. Le livre peut également se lire à plusieurs niveaux. Les voix des personnages s’imbriquent en un puzzle de paragraphes numérotés que l’on peut lire dans deux ordres différents.

« On admire l’habileté de la romancière Violaine Bérot qui a réussi à faire parler des montagnards taiseux et à orchestrer leurs belles personnalités solitaires. » Astrid de Larminat. Le Figaro littéraire.

Les Rencontres de la Fondation des Treilles à l’hôtel de Sauroy

Du 11 au 20 mai 2018, la fondation a organisé à l’Hôtel de Sauroy (Paris) une exposition des lauréats du Prix “Résidence pour la photographie” et des tables-rondes présentant l’ensemble de ses activités, qu’il s’agisse de séminaires et de séjours d’étude voués à la recherche dans tous les domaines de la connaissance, d’actions ou de rencontres à visée pédagogique, de l’accueil en résidence d’écrivains et de photographes, de la formation de jeunes chanteurs dans le cadre d’une Académie de la Voix ou de la mise en valeur de la collection d’œuvres d’art léguée par la fondatrice.

Accéder au programme complet

Rencontre avec…

Louis Philippe Dalembert

La rencontre avec l’auteur Louis-Philippe Dalembert, lauréat de la Résidence d’auteur 2018 a eu lieu en mars 2018. Il a évoqué les raisons de l’écriture de son livre “Avant que les ombres s’effacent”, dans lequel il raconte le périple d’un jeune homme issu d’une famille juive polonaise pendant la seconde guerre mondiale et son exil en Haïti.

Dans le prologue de cette saga conduisant son protagoniste de la Pologne à Port-au-Prince, l’auteur rappelle le vote par l’État haïtien, en 1939, d’un décret-loi autorisant ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à tous les Juifs qui en formuleraient la demande, leur permettant ainsi d’échapper au nazisme.

Avant son arrivée à Port-au-Prince à la faveur de ce décret, le docteur Ruben Schwarzberg fut de ceux dont le nazisme brisa la trajectoire. Devenu un médecin réputé et le patriarche de trois générations d’Haïtiens, il a tiré un trait sur son passé.

Mais, quand Haïti est frappé par le séisme de janvier 2010 et que sa petite-cousine Deborah accourt d’Israël parmi les médecins du monde entier, il accepte de revenir sur son histoire.

Son livre a obtenu le Prix du livre France Bleu-Page des libraires 2017, et le prix Orange du livre 2017.

 

Michaël Ferrier

Michaël Ferrier, lauréat de la Résidence d’auteur 2018, est venu à la rencontre du public à l’automne 2018 pour parler de son roman “Francois, portrait d’un absent”, qui a obtenu le Prix Décembre 2018.

Une voix blanche, surgie au milieu de la nuit, annonce à Michaël la mort de son ami François et de sa fille Bahia, tous deux brutalement emportés par une vague scélérate sur une petite île des Canaries. Pour exorciser la douleur, l’auteur décide de se lancer dans le récit de leur amitié, et nous livre un portrait plein de tendresse de son ami de jeunesse.

Il retrace le parcours de Francois, qui a débuté sa carrière en tant que réalisateur de cinéma pour finalement entrer dans le monde de la radio. Il raconte avec nostalgie leurs souvenirs de lycée, la découverte du Japon, où il vit désormais, les débats et les discussions interminables de deux amis passionnés de musique, de cinéma et de radio. Il évoque leurs bons moments, mais aussi de manière tout à fait inattendue, leur dispute; leur “brouille”.

« Comment parler du disparu ? En effet, en écrivant ce qui n’a jamais la pesanteur du « tombeau », Ferrier interroge aussi la littérature, et comment les mots peuvent rendre vie à cette amitié exceptionnelle et belle. » Le Point.

 

Olivier Dhénin

Cette rencontre littéraire s’intègre dans un parcours pluriel : une exposition et une lecture. A la fois poète et metteur en scène, lauréat de la Résidence d’auteur 2018, Olivier Dhénin est le premier auteur dramaturge reçu dans le cadre des résidences d’écriture des Treilles. Durant son séjour il a travaillé à l’écriture de Waldstein, le troisième volet de ta trilogie L’Ordalie, qui s’inscrit dans la lignée dramatique des Tragiques grecs.

Présentée en parallèle de sa résidence d’écriture, L’atelier d’Olivier Dhénin a exposé les correspondances artistiques du poète, les liens intimes que le dramaturge entretient avec la peinture, la musique, la photographie et la littérature. Dans cet atelier d’artiste ont été développées les différentes sources d’inspiration, les oeuvres et leurs transformations au contact d’autres artistes.

Comment le poème devient musique grâce au compositeur, comment les mots se transforment en couleurs grâce au peintre et au photographe; comment un roman ancien, une scène de film, un tableau se dévoilent source d’inspiration génératrice de l’oeuvre pour l’écrivain. L’exposition a réuni un ensemble de documents inédits : manuscrits dévoilant la genèse et le labeur de l’écriture, partitions musicales et livres d’artistes qui constituent la constellation du poète. Cet atelier s’inscrit dans la démarche d’Anne Gruner Schlumberger qui souhaitait la rencontre des différents arts.

Rencontre avec…

Wiktoria Wojciechowska

En 2017 a eu lieu au théâtre de Draguignan l’exposition du travail de Wiktoria Wojciechowska, lauréate du Prix de la Photographie 2015. C’est une jeune photographe polonaise, diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie.

Avec sa série Sparks sur la guerre en Ukraine, constituée notamment de portraits de jeunes hommes devenus soldats et ayant rejoint le front, elle tente de montrer les traces de la guerre sur les visages et dans les yeux de jeunes combattants.

Hicham Gardaf

Hicham Gardaf a également exposé au théâtre de Draguignan. C’est un photographe marocain qui vit entre Tanger et Londres et travaille sur la représentation des changements majeurs que vit le Maroc aujourd’hui. Il est lauréat du Prix de la Photographie 2014.

Son projet pour les Treilles est une description des grandes transformations urbaines, socioculturelles, et aborde la question de l’identité et de la vision que porte la société moderne du monde arabe en Occident.

Rencontre avec…

Raed Bawayah

Lauréat du Prix de la Photographie 2011, Raed Bawayah a vécu une histoire digne d’un scénario de film. A l’âge de dix ans il commence à travailler comme cueilleur de fruits dans une exploitation israélienne, puis il vend des raisins dans les rues de Jérusalem. C’est en observant les grappes de touristes mitraillant la Ville Sainte que débute sa passion pour la photographie. A 28 ans, contre toute attente, il intègre une école d’art israëlienne, la Naggar School, et s’y rend clandestinement tous les matins pour y suivre des cours de photographie. Puis il se fait remarquer et c’est aujourd’hui un professionnel reconnu.

A travers ses différentes séries en noir et blanc il s’interroge sans cesse sur l’exclusion, l’enfermement, la normalité et finalement sur la place de l’être humain. Que ce soit auprès des enfants de son village, des travailleurs palestiniens contraints de s’exiler en Israel, des malades de l’hôpital psychiatrique de Beethléem, ou encore des communautés tziganes en France et des SDF en Allemagne, Raed opère toujours avec une démarche “de l’intérieur”. Il réalise alors un travail photographique réaliste et objectif, qui sait conserver pudeur, compassion et respect, dénué de tout misérabilisme.