Top
Sièges © Dominique Laugé

The Authors’ Residency Prize

  -    -  The Authors’ Residency Prize

The Fondation des Treilles offers each year to a writer of fiction or essays a privileged place and means allowing him to carry out a work of writing intended for the publication.

Residences are open to experienced authors, writing or publishing in French or working in the field of Francophone culture.

The applications are examined by a jury of 6 people, composed of academics and critics and appointed by the board of directors of the Foundation of Treilles, on the basis of applications for residence.

The winners of the competition are welcomed between March and November (with an interruption in August), in one of the houses of Domaine des Treilles. They have all the material means to devote themselves entirely to their work, especially a library and computer links. Meals and cleaning are provided by the foundation.

The residency comes with a monthly fee of € 2,650, paid accordingly to the length of stay of the residents.

Writers wishing to compete for the Foundation’s Residency Award are invited to read the rules of procedure.

Reflet dans le lac du bas © Dominique Laugé

Reflet dans le lac du bas © Dominique Laugé

The laureates over the years

Violaine Bérot, Eddie Breuil and Spyros Tegos

The Fondation des Treilles has welcomed in 2019 Violaine Bérot, during three months, for the writing of a fiction in which it will be question of the relation of the contemporary man with the nature and the beasts, of life on the margin of the consumerist society, of mutual assistance but also the collapse of our industrial civilization. Eddie Breuil, also present for three months, will write an essay on the “Critique of Poetry”, and Spyridon Tegos, during two months, will write an essay on the main currents of the Enlightenment concerning the Civility operated by the thought of Adam Smith and its reception in France in the late Enlightenment.

Louis-Philippe Dalembert, Olivier Dhénin and Michaël Ferrier

The Fondation des Treilles welcomes in 2018 Louis-Philippe Dalembert, for four months, for a novel on South-North migration; Olivier Dhenin, for two months, for the completion of his trilogy «The Ordeal »; Michaël Ferrier, also for two months, for the writing of an essay on what he calls « furtive disasters».

Benjamin Pelletier, Emmanuel Ruben, Pascale Roze

La Fondation des Treilles accueille en 2017 Benjamin Pelletier (résidence de 3 mois pour un récit proposant une exploration littéraire de l’enfance), Emmanuel Ruben (résidence de 3 mois également pour une fiction portant sur la découverte de l’Histoire de la France et de l’Europe au travers d’une histoire familiale), Pascale Roze (résidence de 2 mois pour un recueil de nouvelles sur le thème de la guerre).

Catherine Mary, Kettly Mars, Nils Trede

La Fondation des Treilles accueille en 2016 Catherine Mary, pour un roman autobiographique portant sur la redécouverte de l’histoire familiale, Kettly Mars, pour un roman sur le thème de la satire politique dans la société haïtienne, et Nils Trede, pour une fiction inspirée par le procédé biotechnologique de reprogrammation d’une cellule différenciée en cellule souche pluripotente.

Patrick Autréaux, Mamadou Ly et Marc Pautrel

La Fondation des Treilles accueille en 2015 Patrick Autréaux, pendant 2 mois, pour un essai sur les situations extrêmes, Mamadou Ly, pendant 4 mois, pour un essai sur André Malraux et la poésie, et Marc Pautrel, pendant 2 mois, pour un roman « Ozu », en référence au cinéaste japonais.

Olivier Bessard-Banquy et Patrice Nganang

Olivier Bessard-Banquy

Docteur ès lettres, Olivier Bessard-Banquy est professeur des universités, spécialiste des lettres et de l’édition contemporaines, en charge des enseignements d’édition et de bibliologie au Pôle des métiers du livre de l’université de Bordeaux-III. Aux Treilles, il compte justement avancer dans l’élaboration de ce nouveau livre par l’étude des fonds du centre André Gide-Jean Schlumberger qui possède de nombreux documents inédits du célèbre cofondateur de la NRF et un nouveau fonds très riche de documents transmis par l’ancien archiviste de la maison Gallimard. Il espère aussi dans le calme de la garrigue et la paix des oliviers trouver l’ambiance idéale pour écrire tranquillement.

Patrice Nganang

Né au Cameroun en 1970, Patrice Nganang est écrivain et professeur de théorie littéraire à l’Université d’état de New-York.

Auteur de plusieurs essais et fiction, il va travailler sur un nouveau roman, troisième séquence d’une trilogie dénommée ‘Trois Guerres’ commencée avec Mont plaisant (Philippe Rey, 2011 ; Mention spéciale du prix des Cinq continents de la francophonie, traductions en allemand, norvégien et portugais), continuée avec La Saison des prunes (Philippe Rey, parution en mars 2013), qui présente des vies camerounaises durant les périodes tumultueuses de l’histoire de ce pays, et explore la mesure dans laquelle celles-ci ont été définies par les Grandes guerres .

Alvaro de la Rica et François Jullien

François Jullien

Álvaro de la Rica

Álvaro de la Rica (né en 1965) est Professeur de théorie de la littérature et de littérature comparée à l’Université de Navarre (UN). Au cours de son séjour à la Fondation des Treilles, il compte travailler sur l’expérience commune d’un ensemble d’écrivains français et espagnols autour de la frontière basque pendant la première moitié du XXe siècle.

Daniel Grojnowski et Nathalie Zaccaï-Reyners

Daniel Grojnowski

Né en 1936, Daniel Grojnowski est professeur émérite à l’Université Paris VII, Denis Diderot (U.F.R. Lettres, Arts, Spectacles). Il a publié quelques recueils (poésies, nouvelles) et un certain nombre d’éditions d’auteurs classiques, notamment A. Allais, J.-K. Huysmans, J. Laforgue, G. Rodenbach, dans la collection G-F de Flammarion, pour laquelle il prépare une édition du Rire de Bergson (à paraître en 2013).

Écrivain essayiste, il s’est consacré tout particulièrement à deux secteurs qui ont fait l’objet de publications :
1. La photographie : Photographie et langage, José Corti, 2002 – Usages de la photographie, José Corti, 2010 – Photographie et croyance, La Différence, 2012 (à paraître en septembre)
2. Les productions comiques : Aux commencements du rire « moderne », José Corti,1997 – Comiques, d’Alphonse Allais à Charlot, Septentrion, « Objet », 2004 – Fumisteries (Anthologie, en collaboration avec B. Sarrazin), Omnibus, 2011

Au cours de son séjour à la Fondation des Treilles, il a travaillé sur la consécration du rire dans l’art plastique moderne et contemporain (Dada, Le Nouveau Réalisme, etc.)
Son étude portera sur les manifestations fondatrices des Arts Incohérents qui se sont déroulées, sous la direction de Jules Lévy, à la fin du XIXe siècle, à Paris, dans le cadre d’expositions annuelles, de 1881 à 1892.

Nathalie Zaccaï-Reyners

Docteur en sciences sociales, Nathalie Zaccaï-Reyners est chercheure qualifiée au Fonds de la Recherche Scientifique belge (FRS-FNRS – http://www1.frs-fnrs.be/). Elle poursuit ses activités à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles dont elle a assumé la direction de 2008 à 2011 (http://is.ulb.ac.be/). Membre du Groupe de recherche sur l’Action Publique (http://grap.ulb.ac.be/), ses recherches s’inscrivent dans deux domaines : la sociologie morale et l’épistémologie des sciences sociales (accéder à une bibliographie sélective)

Au cours de son séjour à la Fondation des Treilles, elle poursuit ses recherches sur le respect mutuel et la qualité des relations de soin dans des institutions d’accueil pour personnes vulnérables, s’attachant à poursuivre son exploration des ressorts de l’imagination morale au cœur du soin.

Jacques Dewitte

En 2011, la Fondation des Treilles accueille Jacques Dewitte, lauréat unique pour l’année 2010.

Philosophe, traducteur et écrivain, Jacques Dewitte, né à Bruxelles en 1946, partage actuellement sa vie entre Berlin et Bruxelles. Se situant philosophiquement dans la tradition phénoménologique et herméneutique, soucieux des questions politiques autant qu’amoureux des formes sensibles, il est l’auteur d’une oeuvre importante qui s’est d’abord élaborée dans des revues telles que Le Temps de la réflexion, Le Messager Européen, Les Temps Modernes, Critique, Commentaire, Esprit, La Revue du Mauss, avec des articles portant sur des sujets aussi divers que le nihilisme, la question du mal, le vivant, l’architecture urbaine, le paysage, le langage, l’opéra, l’art, la littérature.
Il a notamment traduit deux livres de Leszek Kolakowski et plusieurs ouvrages allemands.

Il a publié quatre livres : Le pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au langage totalitaire, Michalon, 2007 ; L’exception européenne. Ces mérites qui nous distinguent, Michalon, 2008 ; La manifestation de soi. Eléments d’une critique philosophique de l’utilitarisme, La Découverte (collection „Bibliothèque du MAUSS“), 2010. Kolakowski. Le clivage de l’humanité, Michalon (collection „Le Bien Commun“), 2011. Trois livres déjà écrits paraîtront prochainement : Le mythe chez Hans Jonas ; Une discordance flagrante. Essai sur les méfaits et bienfaits de l’inconséquence ; Plus loin que le bout de son nez.

Il termine actuellement un grand ouvrage sur le langage, les langues et la parole, ayant pour titre provisoire : En matière de langage, auquel il a travaillé pendant son séjour à la Fondation des Treilles en 2011.

Rosette et Sami Tchak

Rosette

Rosette est née à Cherbourg (Manche). Après des études à Caen, elle vient à Paris pour débuter une carrière d’actrice. Depuis les années 1980, elle a joué au théâtre (trois pièces), à la télévision (dans une dizaine de téléfilms) et surtout au cinéma (différents rôles dans une trentaine de films).
Avec le réalisateur Eric Rohmer, elle a noué une relation privilégiée et elle sera présente dans six de ses œuvres. C’est aussi lui qui réalisera le clip de la chanson « Bois ton café, il va être froid » qu’elle crée en 1986. Parallèlement à son travail de comédienne, Rosette réalise une série de sept courts-métrages où elle met en scène ses aventures de fantaisie.
En 2008, son premier roman « Le grand méchant père » est publié chez Grasset et décrit, entre >féerie et réalité, l’expérience sensible d’un tourment et d’une histoire.
En 2010, elle est résidente de la Fondation des Treilles et y séjourne quatre mois pour écrire son deuxième roman introspectif et ouvert.

Sami Tchak

Sami Tchak, pseudonyme de Sadamba TCHA-KOURA, écrivain, est né au Togo en 1960. Après une licence de philosophie obtenue à l’université de Lomé, capitale de son pays, en 1983, il enseigne dans un lycée pendant trois ans. Il arrive en France en 1986 pour des études en sociologie et obtient son doctorat à la Sorbonne (Paris V) en 1993.
C’est dans le cadre de ses activités de sociologue que le hasard le conduira à Cuba en 1996 pour sept mois de recherches sur la prostitution. Par la suite, il nourrit une passion pour l’Amérique latine et ses littératures, ce qui se ressent dans une partie de ses livres. Il a publié à ce jour quatre essais et six romans dont Place des Fêtes (Gallimard, 2001, traduit en espagnol et en allemand) et Le paradis des chiots (Mercure de France, 2006, prix Kourouma). Depuis quelques années, il se consacre à la littérature, ce qui lui donne l’occasion de voyager à travers le monde.

Hélène Prigent et Marie le Drian

En 2009, la Fondation des Treilles accueille les lauréates 2008 et premières lauréates du prix de la résidence d’auteur.

Marie Le Drian

Marie Le Drian est née à Lanester (Morbihan). Elle fait ses études à Rennes, puis travaille à Paris durant plusieurs années. Elle publie son premier récit Keraliguen en 1983. Suivront des nouvelles et des romans dont Le Petit bout du L (Laffont) et Hôtel maternel(Julliard). En 1999, elle obtient une bourse du Canton de Berne (Suisse) et passe une année dans la ville bilingue de Bienne, durant laquelle elle écrit La Cabane d’Hippolyte, Prix Bretagne 2001 et Prix Breizh du roman 2001.
A son retour en France, elle quitte Paris et s’installe définitivement en Bretagne, à Clohars-Carnoët Finistère) où elle se consacre à l’écriture. Attention éclaircie, son dernier roman, a été publié en 2007 aux Éditions de la Table Ronde. Marie Le Drian a bénéficié d’une résidence d’écriture de la Fondation des Treilles où elle a séjourné en qualité de pensionnaire pendant quatre mois.

Hélène Prigent

Hélène Prigent a travaillé à la Réunion des Musées Nationaux pendant douze ans. Assistante de Jean Clair pour la préparation de l’exposition Mélancolie. Génie et folie en Occident, présentée à Paris, en 2005, aux Galeries nationales du Grand Palais, elle est l’auteur de Mélancolie. Métamorphoses de la dépression, publié aux éditions Gallimard (collection « Découvertes ») la même année. Elle a participé à plusieurs colloques sur ce sujet et prépare un ouvrage sur la mélancolie dans l’Antiquité grecque, raison de son séjour à la Fondation des Treilles au printemps 2009. Elle a aussi publié un petit livre, Paul Gauguin : 1848-1903 (autre titre : « J’ai voulu vouloir » – Paul Gauguin), aux éditions de La Martinière – Xavier Barral (collection « Voix », 2003), et collaboré à plusieurs ouvrages collectifs parmi lesquels le Journal de la France et des Français. Chronologie politique, culturelle et religieuse, de Clovis à 2000 (éditions Gallimard, collection « Quarto », 2001) et, avec Pierre Rosenberg, Chardin. La nature silencieuse (éditions Gallimard, collection « Découvertes », 1999).

Olives © Dominique Laugé

Olives © Dominique Laugé

Publications issues du prix “Résidence d’auteur”

Ouvrages publiés par les lauréats du prix de la Résidence d’auteur depuis sa création en 2008 :

2019

Louis-Philippe Dalembert, Mur Méditerranée, éditions Sabine Wespieser

Michaël Ferrier, Scrabble, Mercure de France

Emmanuel Ruben, Sur la route du Danube, éditions Rivages

2018

Olivier Dhénin, Aquis Submersus, éditions Les petites Allées

Patrice Nganang, Empreintes de crabe, éditions JC Lattès

Benjamin Pelletier, Les Années discrètes, éditions Arlea

Sami Tchak, Ainsi parlait mon père, éditions JC Lattès

Kettly Mars, L’Ange du patriarche, éditions Mercure de France

2017

Patrick Autréaux, La voix écrite, éditions Verdier

2016

Mamadou Abdoulaye Ly, Malraux et la poésie, éditions l’Harmattan (coll. Approches Littéraires)

Olivier Bessard-Banquy, La fabrique du livre, éditions des Presses universitaires de Bordeaux & Du Lérot

2015

Rosette, Pas farouche, éditions Grasset

Daniel Grojnowski, Les arts incohérents et le rire dans les arts plastiques, éditions Corti

Marc Pautrel, Ozu, éditions Louise Bottu

2014

François Jullien, Vivre de paysage ou L’impensé de la Raison, éditions Gallimard

2013

Marie Le Drian, Le corps perdu de Suzanne Thovers, éditions Apogée, collection « Piqué d’étoiles », prix Jean Bernard de l’Académie de Médecine 2014.