avril 2019

Séminaire « Avoir une âme pour les pierres » organisé par Pierre Glaudes, Claude Reichler et Baldine Saint Girons.

Le séminaire organisé aux Treilles en avril 2016 sur « Les nuages du tournant des Lumières au crépuscule du romantisme » avait montré tout l’intérêt d’une approche pluridisciplinaire d’un objet touchant à l’élémentaire. Cette nouvelle rencontre a pour but de poursuivre ce questionnement à propos du monde minéral, sujet qui intéresse à la fois les sciences (géologie, minéralogie, archéologie, etc.), les arts (peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, littérature) et les différentes branches de la philosophie (esthétique, métaphysique, épistémologie, éthique).

Centre André Gide-Jean Schlumberger

Nikol Dziub, accueillie aux Treilles dans le cadre des Prix du Centre André Gide-Jean Schlumberger, poursuivra ses recherches sur « André Gide et La NRF face à l’URSS ».

Résidence d’auteur

Co-lauréate 2018 du Prix de la Résidence d’auteur, Violaine Bérot réside à la Fondation des Treilles de mars à mai 2019. Elle travaille à la rédaction d’une fiction dans laquelle il sera question du rapport de l’homme contemporain à la nature et aux bêtes, de vie en marge de la société consumériste, d’entraide mais aussi d’effondrement de notre civilisation industrielle.

Séjours d’étude

« Paracelse et les apocryphes pseudo-paracelsiens : enquête sur un atelier européen de fabrication de faux ». Autour de Didier Kahn et Hiro Hirai, organisateurs de cette rencontre, 16 participants se réunissent pour :

• Faire le point sur tous les aspects du projet collectif qui ont été traités depuis 2016 :

– genèse et expansion du corpus pseudo-paracelsien entre 1541 (mort de Paracelse) et 1624 ;
– la cosmologie de la Philosophia ad Athenienses et celle du De pestilitate comparées à la cosmologie authentique de Paracelse ;
– la genèse du De natura rerum et le développement de la théorie des signatures ;
– l’attitude de Paracelse à l’égard de la transmutation ;
– l’interdépendance et les sources des traités d’alchimie transmutatoire ;
– la place de la magie dans les textes pseudo‐paracelsiens, et sa nature comparée à celle des traités authentiques.

• Souligner tous les points acquis ou, au contraire, argumenter les désaccords. Essai de définition d’une méthodologie et de critères d’authenticité.

• Recenser les aspects laissés dans l’ombre ou restant à éclaircir.

« Le paysage dans tous ses états » : organisé par Catherine Ferbos, ce séjour d’étude rassemblera 4 participants réunis pour mettre en forme des pensées consacrées à l’étude de l’Art et de la Nature, pensées organisées à la manière de fragments romantiques fruits d’une réflexion collective.

Julia Malye travaillera à la réécriture de son quatrième roman inspiré par l’histoire de la flûte La Baleine qui, à l’automne 1720, quitte Lorient avec à son bord 88 femmes en âge d’avoir des enfants, élevées ou enfermées à l’hôpital parisien de La Salpêtrière. Prêtes à tout pour échapper à la persécution sociale, ces femmes se sont « portées volontaires » pour le Nouveau Monde où les colonies manquent cruellement de femmes.


Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.