Etat de la photographie au début du XXIe siècle

Liste des participants :

Daniel Barroy, Françoise Bonardel, Giovanna Calvenzi, François Cheval, Pascal Dolémieux (organisateur), André Gunthert, Willem Jansen, Dominique Laugé, Roberto Mangú, Manuel Rivera-Ortiz, Rita Scaglia (organisateur), Laura Serani, Sylvie Vauclair, Sophie Zénon

Photographie_2016_Groupe

Etat de la photographie au début du XXIe siècle – Tacking stock of contemporary photography at the beginning of the 21st century
24 – 29 octobre 2016

Résumé :

La première photographie de Nicéphore Niépce date de 1826. Il y a 190 ans donc. Depuis, les innombrables photographies inondent notre monde et servent à tout et quelques fois à rien. Au XXIe siècle l’importance du procédé photographique qui vient tout juste de se séparer de la chimie interroge toujours les historiens, les sociologues, les sémiologues.

Compte rendu :

Notre idée était de sonder la photographie non pas de manière exhaustive à travers ses nombreuses composantes mais par un mélange singulier d’abords variés et parfois périphériques. Nous réunîmes photographes, peintre, musicien, philosophe, sociologue, conservateur, responsable photo de magazine, commissaire d’exposition et astrophysicienne. De par cette diversité l’exercice était périlleux quant à l’écoute réciproque et les échanges qui pouvaient en découler ; mais force est de constater que ce fut réussi justement à cause de cette diversité. Ce ne fut pas une énième réunion de spécialistes de la photographie qui répètent sans arrêt les mêmes choses et qui, étant au milieu de la rivière n’y font que subir le courant.

La photographie fut abordée autant dans son principe technique et son potentiel d’expression que dans ses rapports historiques avec d’autres modes d’expression proches comme la peinture (Roberto Mangú) ou plus éloignés comme la musique (Willem Jansen). Furent traités également son inscription dans une histoire de l’art, elle-même remise en cause dans son apparente ou pseudo universalité, que dans une histoire récente et spécifique soumise à des turbulences esthétiques et idéologiques (Pascal Dolémieux). Nous étudiâmes les premiers pas d’une reconnaissance patrimoniale de la photographie et ses conséquences marchandes avec l’exemple singulier et contesté de Julia Margaret Cameron (François Cheval). Evidemment sa contemporanéité technologique, attractive ou répulsive, fut également envisagée avec les exemples d’implications de celle-ci dans la presse quotidienne et de la tension qu’elle ne manque pas de créer entre « anciens » et « modernes » (André Gunthert). Le passage de l’autoportrait au selfie fut démantelé pour mieux l’appréhender (Laura Serani). Nous eûmes deux exemples complémentaires et précis d’expériences personnelles: un photographe (Dominique Laugé), fabriquant d’images, racontant par le menu son parcours avec ses exigences, ses questionnements et ses hasards, et presque en suite logique, une responsable de presse (Giovanna Calvenzi), utilisatrice d’images, illustrant l’évolution du traitement de celles-ci dans la presse. En tant qu’image nous suivîmes la photographie à la trace pour s’interroger sur son parcours et sa destination dans notre système de perception et de mémorisation (Rita Scaglia), et du plus près nous passâmes aussi par le plus éloigné avec les images en astrophysique où le plus lointain passé, des millions d’années avant que n’existe la photographie, peut se voir au présent (Sylvie Vauclair). Par ailleurs avec la photographie, officiellement reconnue par les pouvoirs culturels publics, nous abordâmes les problèmes inhérents et simultanés de sa conservation et de sa valorisation (Daniel Barroy). Le « ça a été » en photographie pose toujours le problème de la présence, fut-elle passée et ainsi énigmatique, et sur cette fragilité la photogénie et l’iconologie nous interrogèrent (Françoise Bonardel).

Et enfin nous profitâmes d’être aux Treilles pour voir, en sa présence, les travaux de Sophie Zénon, lauréate du prix de la résidence pour la photographie.

Pascal Dolémieux Manuel Rivera-Ortiz Laura Serani Dominique Laugé André Gunthert Sophie Zénon Sylvie Vauclair Roberto Mangu François Cheval Giovanna Calvenzi Willem Jansen Rita Scaglia Françoise Bonnardel Anne Bourjade Daniel Barroy Etat de la photographie au début du XXIe siècle Olivier Monoyez
Ce contenu a été publié dans Activités, Comptes rendus, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.