Dernière modification le : 19 octobre 2012

L’inscription du domaine des Treilles à l’I.S.M.H

Par arrêté du Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en date du 17 juillet 2009, le domaine des Treilles a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Voici quelques extraits du dossier historique motivant cette décision.

Pour rénover ou construire, dans un style provençal intégré à l’environnement naturel, les maisons destinées à accueillir et héberger les hôtes de la fondation, Anne Gruner Schlumberger fait appel à Pierre Barbe (1900 – 2004), figure majeure du mouvement moderne en architecture et auteur notamment de l’hôtel Jean Lambiotte à Paris (I.S.M.H. 1984), et au paysagiste Henri Fisch – auteur avec José Luis Sert des jardins de la Fondation Maeght.

Tout en privilégiant « une exécution épurée s’accordant aux besoins modernes », le programme des Treilles, sous l’influence des idées de Georges-Henri Rivière, s’appuie aussi sur la valorisation de matériaux rustiques et de savoir-faire locaux ainsi que sur la conception de plans adaptés à un usage précis. Pierre Barbe répond à cette commande par une architecture dont l’extrême sobriété exclut tout geste architectural démonstratif. Cette discrétion est en adéquation avec les goûts raffinés de la mécène et avec la vocation de l’édifice destiné à favoriser la concentration intellectuelle, l’inspiration et la créativité de ses hôtes.

L’architecture du domaine offre une synthèse du fonctionnalisme moderne (pureté des lignes et des volumes, économie de moyens, espaces modulables), de la syntaxe régionaliste et de références érudites et éclectiques à l’architecture antique (thème du patio, remplois de vestiges romains) ou classique (récurrence de la galerie, art topiaire dans les jardins). La grande qualité du second œuvre se reflète dans le soin apporté aux finitions, à l’intégration du mobilier et des différents modes d’éclairage ainsi qu’à une constante ingéniosité technique.

Modelé par la relance de l’exploitation agricole traditionnelle, le paysage conçu par Henri Fisch s’étage sur trois niveaux successifs, du jardin rapproché autour des maisons, ouvrant sur les séquences agricoles, aux perpectives panoramiques sur les lointains. Conservatoire des paysages, la nature méditerranéenne domestiquée, recomposée et idéalisée que propose Henri Fisch sert d’écrin tant à l’architecture de Pierre Barbe qu’aux sculptures et installations contemporaines des jardins. Structurant l’espace, les œuvres commandées à Takis, Ernst ou Lalanne, placées par la fondatrice ou les artistes eux-mêmes, participent fortement à la construction du proche paysage.

Fruit d’un travail collectif qui associe étroitement le maître d’ouvrage, l’architecte et le paysagiste Henri Fisch, le domaine des Treilles est une œuvre totale qui tire sa valeur historique, artistique et architecturale de la fusion de trois éléments indissociables : l’architecture et ses aménagements intérieurs, l’environnement paysager et la collection d’œuvres d’art.

Ainsi, la qualité indéniable de l’ensemble, conservé dans sa fonction et son état d’origine, le caractère exceptionnel du site, « microcosme, d’une étonnante variété, dans un ensemble où tout est unité » (A.G.S.) ainsi que la forte interaction entre environnement naturel et paysager, architecture et œuvres d’art justifient sa protection au titre des monuments historiques.

Les commentaires sont fermés.