Dernière modification le : 17 avril 2017

Lauréats 2012

Alvaro de la Rica et François Jullien

Lauréats 2012, François Jullien et Álvaro de la Rica ont été accueillis aux Treilles en 2013.

 François Jullien

Vivre de paysage ou L'impensé de la Raison Lors de ses deux séjours, le philosophe et sinologue François Jullien, a notamment travaillé sur un essai publié en 2014 aux éditions Gallimard sous le titre « Vivre de paysage ou L’impensé de la Raison« .

Accéder au blog de François Jullien

 

Álvaro de la Rica (né en 1965) est Professeur de théorie de la littérature et de littérature comparée à  l’Université de Navarre (UN).

Biographe de Julien Green, il a publié entre autres La luz y la mirada. Aproximación a la autobiografía de Julien Green, (Eunsa, Pamplona, 1993), En lo más profundo del bosque. La juventud de Julien Green, (Encuentro, Madrid, 1999), Estudios sobre Claudio Magris, (Eunsa, Pamplona, 2000), Homenaje a José Jiménez Lozano, (Eunsa, Pamplona, 2006) et son dernière monographie Kafka y el Holocausto (Trotta, Madrid, junio 2009) sera traduite et publiée chez Gallimard (col. Arcades) en 2014. Critique littéraire dans les journaux ABC, El Mundo et La Vanguardia (Barcelone), il collabore entre autres avec la Revista de Occidente fondée para Ortega y Gasset. Il a publié en 2012 La tercera persona, son premier roman qui va déjà sur sa deuxième édition.

Au cours de son séjour à la Fondation des Treilles, il compte travailler sur l’expérience commune d’un ensemble d’écrivains français et espagnols autour de la frontière basque pendant la première moitié du XXème siècle. Il s’agira d’analyser pour la première fois leurs vicissitudes entre l’expérience de la guerre (Première Guerre Mondiale, Guerre Civile espagnole, Deuxième Guerre Mondiale) et de l’exil, et la recherche d’une forme littéraire à mi-chemin entre jeu et tragédie: “Je commencerai par l’étude du roman de Miguel de Unamuno : Comment se fait un roman. Cette œuvre, que le philosophe basque a écrite pendant son exil à Paris, est la première tentative d’inclure un élément métadiscursif explicite dans le genre narratif européen. Très vite, la quête unamunesque a été reconnue en France pour sa valeur littéraire et anthropologique, et a initié un dialogue à la fois artistique, politique et existentiel entre un nombre significatif d’intellectuels des deux pays qui ont passé une partie de leur vie au pied des Pyrénées. Ma recherche suit ce fil extraordinaire qui s’est tissé entre des écrivains et artistes comme Bergamín, Malraux, Jules Supervielle, Claude Esteban, Pablo Palazuelo, Eduardo Chillida, Martin Heidegger , Valéry Larbaud, Florence Delay et Ramón Gomez de la Serna pendant les décennies de crises et de ruptures politiques qui ont fait l’histoire du siècle passé”.

Page web personnelle : http://alvarodelarica.com/

Les commentaires sont fermés.