Activities : submission deadlines

If you wish to have your submission evaluated by the next Scientific Concil, please note the following submissions dealines :

- Residential studies: 09/15/2014 (for a stay in 2015 or later)
- Seminars: 09/15/2014 (for 2016 or later)
- Photography prize: for a residency in 2015, applications will be received from May 2 until October 1, 2014

Continue reading

Posted in News

A tribute to Anne Gruner Schlumberger
from Professor Fotis C. Kafatos

It is difficult to speak or write about your spiritual mother. Silence seems most appropriate, especially about someone who always avoided public recognition and adulation. But I need to say goodbye to the most remarkable human being who blessed me with her friendship. And I need to express the gratitude of myself and of the many others who, as youngsters, benefited by her generosity, of all the people that she helped educate, and of the countless children who were enriched by her libraries, in Greece and in France.

I met Annette in 1956, when I was 16, and she changed my life. Continue reading

Posted in History and life of the Foundation

Repenser la littĂ©rature europĂ©enne du Moyen-Âge / Rethinking Medieval European Literature

Liste des participants

Panagiotis Agapitos, Paolo Borsa, Venetia Bridges, Michael Cooperson, RĂ©ka Forrai, Jane Gilbert, Christian HĂžgel, Karla Mallette, Lars Boje Mortensen (organisateur), MĂĄire NĂ­ Mhaonaigh, Gudrun Nordal, Thomas (Tom) O’Donnell, Michael Chaim Rand, Jeff Rider, Sacramento Rosello-Martinez, Susanna Torres Prieto, Elizabeth Tyler (organisateur), David Wacks, David Wallace

TylerMortensen_Group2014

Compte rendu

Repenser la littĂ©rature europĂ©enne du Moyen-Âge / Rethinking Medieval European Literature
by Elizabeth Tyler and Lars Boje Mortensen
21 – 26 avril 2014

Résumé:

The seminar acted as a workshop for “Interfaces” – a network of historians of medieval literature which has met regularly since its foundation in 2009 and which is now supported by the Centre for Medieval Literature (CML), a Centre for Excellence based at University of Southern Denmark and the University of York and funded by the Danish National Research Foundation until 2022.  At Les Treilles, we opened up the Interfaces agenda of cross-linguistic and  trans-regional approaches the literary past of Europe extending them towards the Mediterranean and the Slavic to broaden from our previously more northern centre of gravity. Two roundtables, one on the “Mediterreanean” and the other on “French Outside of France”, opened up methodological insights and potential for paradigm transfer between disciplines and geographical areas. The workshop’s aim to foster deep collaboration across a wide range of areas of diverse expertise resulted in a number of ambitious future plans, including publications, workshops and conferences, all of which will bear the hallmark of the methods and paradigms explored in Les Treilles.

Key words: Literature, Middle Ages, Europe, Old French, Latin, Greek, Byzantium, Mediterranean culture, History, Languages, Literary Canon, Cultural heritage

The seminar acted as a workshop for “Interfaces” – a network of historians of medieval literature which has met regularly since its foundation in 2009.  In 2011, “Interfaces” held a first seminar at Les Treilles which focused on consolidating the network and articulating its approach to European frameworks for the study of medieval literature. This methodological work then underpinned two major developments which were worked on at Les Treilles. First, a successful application by Hþgel, Mortensen and Tyler for a Centre for Excellence was made to the Danish National Research Foundation: the Centre for Medieval Literature (CML), jointly based at universities of Southern Denmark and York, runs from 2012-2022. Second: a new journal was founded by Borsa, Hþgel, Mortensen and Tyler: Interfaces: A Journal of Medieval European Literatures, an open access, online journal, will be the first to range across all of European medieval literature.

For this second Les Treilles meeting we opened up the “Interfaces” agenda of cross-linguistic and  trans-regional approaches the literary past of Europe extending towards the Mediterranean and the Slavic areas to counterbalance the more Northern European trend of our previous workshops. A number of newcomers were therefore invited who could contribute with a pan-European approach as well as with specific expertise in Arabic, Italian, Spanish, Hebrew, Slavonic, and Greek medieval literatures. We worked to forge new connections across European scholarly traditions and to drive forward the European agenda of “Interfaces” and CML in dialogue with other scholars and projects.

Our stay at Les Treilles in 2014 gave us the opportunity to develop new types of interaction, and these innovations proved very positive. Les Treilles offers a scholarly environment that is close to ideal. Situated in peaceful surroundings, and furnished with library facilities and art works, scholars feel no hesitation to enter a work mode that is at once intense and relaxed. At our first stay at Les Treilles in 2011, participants experienced the benefits of this environment but we also regretted having planned the days of our seminar along traditional lines, with full papers being given and correspondingly less time for discussion and development of new ideas. For the 2014 programme we therefore downsized presentations. Only newcomers to “Interfaces” made formal presentations, introducing their fields to the group.  Mortensen brought the new developments of the CML to bear on the week’s work by giving a presentation on the modern canons of medieval European literature.

Apart from these specific presentations, all time was dedicated to various types of group work. Two major round-table sessions on “French outside France” and on the “Mediterranean” were planned and headed by the researchers of these fields. Both roundtables opened up methodological insights and potential for paradigm transfer between disciplines and geographical areas.

At two points in the programme, the participants were paired in activities we labelled “walk and talk”. In the first of these sessions the pairs were asked to present their work plans to each other and then give a short report of the other person’s work at a plenary session. At the second “walk and talk” new pairs were asked to come up with ideas for collaborative work. These activities not only allowed fruitful new ideas to materialize and be shared, but also gave the participants time and opportunity to combine scholarship with exploring the domain of Les Treilles. In the final session, plans were laid for a 2016 comprehensive conference (bringing together both CML and the “Interfaces” network), ranging across Europe and the Middle Ages (to be organized by Hþgel, Mortensen and Tyler). We agreed that the mode of this conference will draw heavily on the collaborative and methodological approaches which the environment of Les Treilles encourages.

During our time at Les Treilles, our own individual research was enhanced and stretched by being articulated within wider European frameworks. In addition, the various types of scholarly interaction gave rise to fresh takes on previous collaboration (e.g. Agapitos, Borsa, Gilbert, Hþgel, Mortensen, NíMhaonaigh, O’Donnell, Rider, Tyler and Wallace) as well as to a number of new ideas, plans and cooperations, crossing disciplines in ways that rarely happen at traditional conferences. Some of these were:

‱ Wide collaborative project on mise en texte and mise en page of verse in the European tradition, from antiquity to the print era. No cross-linguistic study of the visual side of medieval poetry exists; there are huge differences of representation of poetry (later standardized with print). This could form the core of a European bid/network (Agapitos, Borsa, Cooperson, O’Donnell, Rand, Torres Prieto and Wacks).

‱ Plans were continued for a conference for 2015/2016 whose working title is ”From Lotharingia to Burgundy”. Organized by Gilbert, O’Donnell and Tyler, this will cover literary culture in the area where French and German met, from the ninth century through to the end of the Middle Ages. Thinking for this workshop will draw on both the ”French outside of France” and  ”Mediterranean” roundtables.

‱ A workshop was planned for 2015 by the CML postdocs present (Bridges, Forrai and RosellĂČ-Martinez). They will interrogate what is meant by ”social networks” during the Middle Ages and how different kinds of networks (monastic, court, papal and urban) might be conceptualized in order to move towards a theory of medieval networks that could be applied across a wider geographical space (will include Wallace and others from CML and ”Interfaces”).

‱ A seminar on biblical epic (a widespread response to the biblical inheritance of Europe) will be held by NíMhaonaigh with Rand, Torres Prieto and Tyler on 17 November 2014 in Cambridge. It is intended that this forms the starting point for more comparative work on this topic.

‱ Hþgel’s plans for a wokshop (Odense, November 2014) and further writing on ‘imperial’ languages got important input from the Mediterranean roundtable as well as individual discussions.

‱ Cooperson’s presentation on Jurji Zaydan’s adoption of von Kremer’s Kulturgeschichte, and on alternative, indigenous literary histories is the kernel of a book he is writing on Abbasid cultural history.  The occasion of the seminar helped him develop these ideas.

‱  Wacks’ presentation on the state of medieval Iberian studies in North America  was subsequently posted as a blog; it was picked up by CML and will in turn appear on Sephardic Horizons.

‱ Various plans were made for special issues of the Interfaces journal.

The marvellous surroundings and organization at Les Treilles proved extremely fruitful during our “Rethinking Medieval European Literature” seminar. All the participants went away with new ideas and opportunities for re-evaluating and resituating Europe’s medieval literatures. The setting enabled serious and deeply collaborative work to be done which was engaged with pressing questions about the nature of Europe, past and present.

Michael Cooperson David Wacks Michael Chaim Rand Gudrun Nordal Susana Torres Prieto Tom O'Donnell Lars Boje Mortensen Elizabeth Tyler David Wallace Panagiotis Agapitos Paolo Borsa Jeff Rider Sacramento Rosello Martinez Jane Gilbert RĂ©ka Forrai Karla Mallette Maire Ni Mhaonaigh Venetia Bridges Christian Hogel LittĂ©rature europĂ©enne du Moyen-Âge - Medieval European Literature - Centre for Medieval Studies - Center for Medieval Literature - Fondation des Treilles
Posted in Comptes rendus

Politique, AffectivitĂ©, IntimitĂ© (2) – IdentitĂ©s et temporalitĂ©s

Liste des participants :

Ludivine Bantigny, ClĂ©mentine Chiarelli, Catherine Desnos, Alexandre Escudier, Marion Lary, Anne Muxel (organisateur), Janie PĂ©labay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d’Allonnes, Annette Wieviorka

Muxel_Groupe_2014

Compte rendu

Politique, AffectivitĂ©, IntimitĂ© (2) – IdentitĂ©s et temporalitĂ©s
par Anne Muxel
19-24 mai 2014

Résumé

La sphĂšre privĂ©e donne Ă  voir les modes de subjectivation de la politique. En cela elle permet d’atteindre un autre niveau d’analyse des formes de politisation et d’implication des individus dans la vie civique et collective. Partant de l’hypothĂšse que la sphĂšre privĂ©e est un terrain de l’aventure dĂ©mocratique qui a de plus en plus d’importance dans la dĂ©finition des choix et des appartenances, ainsi que dans la construction des identitĂ©s politiques, les spĂ©cialistes de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales – histoire, sociologie, philosophie, science politique, psychanalyse -, ainsi qu’une cinĂ©aste, ont confrontĂ© leurs approches et leurs analyses sur cette question de recherche. Il s’agissait d’explorer la dimension affective de l’existence politique en privilĂ©giant deux axes de travail : d’une part, la construction des identitĂ©s politiques, d’autre part, le rapport au temps saisi dans l’articulation des temporalitĂ©s individuelles et sociales.

Afin d’étudier les phĂ©nomĂšnes politiques aux frontiĂšres de la sphĂšre privĂ©e et de la sphĂšre publique, ce sĂ©minaire a pris en compte non seulement diffĂ©rentes grilles de lecture disciplinaires, mais aussi diffĂ©rents objets de recherche (famille, trajectoires biographiques, gĂ©nĂ©rations politiques, Ă©lectorats, organisations et institutions, Ă©vĂ©nements historiques). Le fil rouge qui a donnĂ© sa cohĂ©rence au travail du sĂ©minaire Ă©tait la comprĂ©hension des dynamiques de changement politique, Ă  l’échelle individuelle comme Ă  l’échelle des comportements collectifs.

Mot clés : identité, temporalité, changement, temps, politique, intimité, affectivité, affects, génération, transmission

La sphĂšre privĂ©e donne Ă  voir les modes de subjectivation de la politique. En cela elle permet d’atteindre un autre niveau d’analyse des formes de politisation et d’implication des individus dans la vie civique et collective. Partant de l’hypothĂšse que la sphĂšre privĂ©e est un terrain de l’aventure dĂ©mocratique qui a de plus en plus d’importance dans la dĂ©finition des choix et des appartenances, ainsi que dans la construction des identitĂ©s politiques, les spĂ©cialistes de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales – histoire, sociologie, philosophie, science politique, psychanalyse -, ainsi qu’une cinĂ©aste, ont confrontĂ© leurs approches et leurs analyses sur cette question de recherche. Il s’agissait d’explorer la dimension affective de l’existence politique en privilĂ©giant deux axes de travail : d’une part, la construction des identitĂ©s politiques, d’autre part, le rapport au temps saisi dans l’articulation des temporalitĂ©s individuelles et sociales.

Afin d’étudier les phĂ©nomĂšnes politiques aux frontiĂšres de la sphĂšre privĂ©e et de la sphĂšre publique, le sĂ©minaire a pris en compte non seulement diffĂ©rentes grilles de lecture disciplinaires, mais aussi diffĂ©rents objets de recherche (famille, trajectoires biographiques, gĂ©nĂ©rations politiques, Ă©lectorats, organisations et institutions, Ă©vĂ©nements historiques). Le fil rouge qui a donnĂ© sa cohĂ©rence au travail du sĂ©minaire Ă©tait la comprĂ©hension des dynamiques de changement politique, Ă  l’échelle individuelle comme Ă  l’échelle des comportements collectifs.

Les contributions des diffĂ©rents participants, Anne Muxel, organisatrice du sĂ©minaire, Myriam Revault d’Allonnes, Pascal Perrineau, Catherine Desnos, Janie PĂ©labay, Annette Wieviorka, Ludivine Bantigny, Catherine Desnos, ClĂ©mentine Chiarelli, Alexandre Escudier, et Marion Lary, ont dĂ©veloppĂ© des approches spĂ©cifiques et prĂ©sentĂ© diffĂ©rents objets de recherche, tout en maintenant un mĂȘme cadre problĂ©matique centrĂ©,  d’une part sur les reconfigurations identitaires qui travaillent, dans les sociĂ©tĂ©s contemporaines, le rapport des citoyens au politique, d’autre part sur les modalitĂ©s d’une analyse processuelle et diachronique des phĂ©nomĂšnes politiques.

Le premier axe de travail a permis de confronter diffĂ©rentes approches de l’identitĂ©. Plusieurs contributions ont permis de saisir certaines mutations dĂ©cisives de l’identitĂ© contemporaine aprĂšs la disparition des « grands rĂ©cits », ainsi qu’une complexification des constructions identitaires dans des sociĂ©tĂ©s Ă  rĂ©gulation hypercomplexe. Cela aussi bien au niveau des trajectoires singuliĂšres que des Ă©volutions collectives. Les approches de Paul Ricoeur ou de John Rawls ont Ă©tĂ© particuliĂšrement discutĂ©es, ainsi que d’autres analyses, notamment dans le champ de la psychanalyse et de l’approche clinique, oĂč une grande importance est accordĂ©e aux phĂ©nomĂšnes d’identification. La notion d’ « identitĂ© narrative » chez Paul Ricoeur  permet non seulement d’articuler les deux pĂŽles de l’identitĂ© que sont la « mĂȘmeté » et l’ « ipsĂ©ité ». Mais surtout elle permet de penser l’identitĂ© en lien avec les diffĂ©rentes temporalitĂ©s au sein desquelles celle-ci se dĂ©ploie. Il ne peut y avoir ni d’identitĂ© substantielle ni non plus d’identitĂ© permanente. Il faut penser l’identitĂ© comme une « reprise continuelle de soi par soi ». Telle que nous l’avons considĂ©rĂ©e tout au long de ce sĂ©minaire, l’identitĂ© est ontologiquement plurielle, et conçue comme une « chaĂźne incessante de reconfigurations ». L’approche de John Rawls a permis quant Ă  elle d’examiner l’intĂ©rĂȘt et les limites de la dissociation entre identitĂ© personnelle et identitĂ© publique. La sĂ©paration identitaire entre ces deux sphĂšres, entre ce qui relĂšve des choix intimes et personnels d’une part et des valeurs publiques d’autre part, serait un gage de libertĂ© pour le sujet. Alors que certains ont pu dĂ©fendre ce modĂšle comme garant d’un ordre dĂ©mocratique, d’autres y ont vu un risque de rĂ©duction de la dĂ©mocratie Ă  une dĂ©mocratie procĂ©durale, Ă  l’abri des conflits charnels et rĂ©els.

Les Ă©changes sur ce premier axe de travail consacrĂ© Ă  la question de l’identitĂ© affĂ©rente aux phĂ©nomĂšnes politiques ont permis de penser la fluiditĂ© croissante des identitĂ©s, sans pour autant cĂ©der ni au triomphe du prĂ©sentisme ni au constat de l’impossibilitĂ© de penser la politique en termes de projet et aussi d’imaginaire. Nos travaux ont montrĂ© que l’identitĂ© se dit et s’inscrit dans une narration Ă  plusieurs voix (conscient/inconscient, moi/les autres, voix du passĂ©/voix du prĂ©sent/voix de la projection et de l’avenir) et dans le cadre d’une multiplicitĂ© d’appartenances, de rĂŽles et d’affiliations. En cela l’identitĂ© politique n’est pas  fixe, mais bien de plus en plus mobile et constamment renĂ©gociĂ©e, rĂ©ajustĂ©e. Il faut penser l’articulation entre sphĂšre publique et sphĂšre privĂ©e, dans sa porositĂ© comme dans sa dissociation, dans le cadre d’une rĂ©flexivitĂ© croissance des processus identitaires. L’identitĂ© politique rĂ©sulte de socialisations plurielles et de schĂšmes identitaires issus du jeu entre le « je » et le « nous » de rĂ©fĂ©rence, ainsi que du dialogue qui s’engage entre les identitĂ©s hĂ©ritĂ©es et les identitĂ©s construites, choisies, mais aussi inventĂ©es.

Le second axe de travail consacrĂ© au temps a permis de rĂ©flĂ©chir aux temporalitĂ©s dans lesquelles s’inscrivent « les reconfigurations identitaires », et tout particuliĂšrement d’étudier le cadre gĂ©nĂ©rationnel des phĂ©nomĂšnes politiques. Avec la notion de gĂ©nĂ©ration, se pose la question des appartenances, et donc de la socialisation des individus dans une conjoncture historique et politique donnĂ©e. Le temps est un facteur de dissemblance et en cela peut opĂ©rer le changement, au niveau des individus et des groupes, comme des gĂ©nĂ©rations et des sociĂ©tĂ©s. Des gĂ©nĂ©rations politiques peuvent ĂȘtre repĂ©rĂ©es et expliquer les transformations des attitudes comme des comportements politiques dans le temps long. L’intĂ©rĂȘt de la notion de « gĂ©nĂ©rativité », s’est imposĂ©. Celle-ci va au-delĂ  de la notion de gĂ©nĂ©ration, en affirmant la continuitĂ© d’un commencement, en supposant la transmission d’une novation et l’amorce d’un mouvement durable de reconfiguration des paramĂštres de l’identitĂ© politique auxquels les individus comme les groupes peuvent se rattacher. Cela plus ou moins intentionnellement, plus ou moins consciemment.

Des thĂšmes connexes et transversaux Ă  ces deux axes ont aussi Ă©tĂ© abordĂ©s par les diffĂ©rentes contributions. Ainsi le thĂšme de l’engagement politique a fait l’objet d’intenses dĂ©bats,  au travers de l’examen des diffĂ©rentes fonctions aussi bien rationnelles et objectivĂ©es que psychiques et subjectivĂ©es qui lui sont associĂ©es. Mais aussi le thĂšme de l’aveuglement, au travers d’une analyse comprĂ©hensive des phĂ©nomĂšnes de refoulement et d’idĂ©alisation associĂ©s aux croyances comme aux convictions politiques. Ces phĂ©nomĂšnes impliquent nĂ©cessairement des rĂ©ajustements et des rĂ©interprĂ©tations, dĂ©passant les seules motivations individuelles, et venant rencontrer des processus collectifs de dĂ©terminations ou de justifications.

Anne Muxel a soulignĂ© la richesse du travail interdisciplinaire qui avait Ă©tĂ© engagĂ© Ă  partir de matĂ©riaux aussi divers que des enquĂȘtes sociologiques, des Ă©tudes Ă©lectorales, des romans, des films, des Ă©tudes historiques, des rĂ©cits biographiques, des thĂ©ories philosophiques, ou encore le divan des psychanalystes. La Fondation des Treilles et toute son Ă©quipe ont offert au sĂ©minaire de formidables conditions d’accueil qui ont beaucoup comptĂ© dans la fĂ©conditĂ© des Ă©changes et des travaux prĂ©sentĂ©s.

Alexandre Escudier Janie Pélabay Pascal Perrineau Annette Wiewiorka Myriam Revault d'Allonnes Marion Lary Ludivine Bantigny Catherine Desnos Anne Muxel Clémentine Chiarelli Politique, Affectivité, Intimité (2) - Identités et temporalités
Posted in Comptes rendus | Tagged , , , , , , , , ,

Sur-vivre, Pierre Mertens et l’anneau de Möbius

Compte-rendu

Sur-vivre, Pierre Mertens et l’anneau de Möbius (essai biographique et littĂ©raire)
par Jean-Pierre Orban
7 – 26 avril 2014

Associer les approches littĂ©raire et biographique pour mieux cerner l’entrelacement entre Ɠuvre et vie est l’objectif de l’essai Pierre Mertens et l’anneau de Möbius, dont le sĂ©jour d’études, en avril 2014, Ă  la Fondation des Treilles a permis la structuration et l’approfondissement.

NĂ© en 1939, Pierre Mertens est, nul ne le conteste, un des Ă©crivains majeurs de la Belgique francophone. Parmi les contemporains, un des plus importants par l’ampleur de son Ɠuvre qui, hormis la poĂ©sie, touche tous les genres : roman, nouvelle, essai et chronique critiques, thĂ©Ăątre et mĂȘme livret d’opĂ©ra, liste Ă  laquelle on n’oubliera pas d’ajouter une intrusion dans le scĂ©nario de fiction tĂ©lĂ©visuelle. Personne, non plus, ne remet en cause la place prĂ©pondĂ©rante que Pierre Mertens occupe dans le paysage intellectuel, sinon politique au sens large, belge bien sĂ»r, mais aussi – dans une moindre mesure aujourd’hui – français et plus largement international. Depuis la fin des annĂ©es soixante, sa vie, celle du spĂ©cialiste des droits de l’homme, de l’observateur judiciaire dans le monde et du participant aux dĂ©bats contemporains Ă  travers la presse et ses essais, est liĂ©e aux Ă©vĂ©nements marquants de notre temps, en Belgique et en Europe.

Pierre Mertens et l’anneau de Möbius interroge le lien entre cette histoire et l’Ɠuvre de l’auteur belge. Étudie comment ce dernier s’insĂšre dans l’h/Histoire : non seulement dans l’action et le dĂ©bat, mais dans la fiction. S’inscrit dans le paysage. S’y fait acteur et personnage.

Intrication de l’Histoire et de la vie individuelle, vĂ©cue et imaginĂ©e. Imbrication de la vie dans l’Ɠuvre et de l’Ɠuvre dans la vie, jusqu’à ne plus permettre de savoir qui de l’Ɠuvre ou de la vie prĂ©cĂšde l’autre. L’image de l’anneau de Möbius, ruban Ă  une seule face au lieu de deux dans un ruban ordinaire, aide Ă  se figurer ce basculement incessant, sans frontiĂšre nette, entre le rĂ©el et le fictionnel. Pour rendre compte de cet entrelacement, l’essai entend dĂ©velopper une approche originale, multidisciplinaire, hybride : sont sollicitĂ©s les outils de la critique et de la gĂ©nĂ©tique littĂ©raires, autant que ceux de l’enquĂȘte historique et biographique. Les passages de l’Ɠuvre Ă  la vie, des entretiens menĂ©s avec Pierre Mertens aux extraits de ses propres textes, de ses propres tĂ©moignages Ă  ceux de son entourage et de ses pairs, de ses archives personnelles Ă  celles des institutions au sein desquelles il a ƓuvrĂ© sont incessants.  La structure, Ă  la fois thĂ©matique et biographique, de l’essai lui-mĂȘme reflĂšte l’approche mixte adoptĂ©e.

Ce qui est finalement en jeu, c’est de tenter de comprendre comment naĂźt et se construit un Ă©crivain, comment il se rĂ©approprie sa vie dans son Ɠuvre, Ă©crivant celle-ci comme seule autorisĂ©e Ă  se dire, Ă  dire l’homme qu’il est et le personnage qu’il entend ĂȘtre. En une entreprise de sur-vie.

 

Jean-Pierre Orban est Ă©crivain, auteur de romans (e.a. Vera Ă  paraĂźtre au Mercure de France en aoĂ»t 2014), de nouvelles, de thĂ©Ăątre. Chercheur associĂ© Ă  l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, Paris, CNRS-ENS), il travaille sur l’édition critique et l’analyse gĂ©nĂ©tique d’Ɠuvres littĂ©raires francophones, du Sud comme du Nord.

Posted in Comptes rendus

Etude multidisciplinaire des migrations effectuées par des populations médiévales en Europe

Liste des participants :

David Caramelli, Francesca Conselvan, Patrick Geary (organisateur), Silvia Ghirotto, Caterina Giostra, IstvĂĄn Koncz, Maria Cristina La Rocca, BalĂĄzs Mende, Daniel Peters, Walter Pohl, Cosimo Posth, Stefania Vai, Krishna Veeramah, Tivadar Vida

Patrick_Geary_Group_2014

Compte rendu :

Etude multidisciplinaire des migrations effectuées par des populations médiévales en Europe
par Patrick Geary
10 – 15 mars 2014

Summary:  The meeting at Les Treilles on Multidisciplinary study of early medieval migrations in Europe focused on the application of next generation sequencing to trace migrations from Central Europe into Italy in the sixth century as a pioneering application of genetic analysis to European demographic history

Key words:  Migration, NGS, Medieval History; Lombards, Stable Isotopic Analysis

 

The Meeting in Les Treilles brought 14 geneticists, historians, and archaeologists from Hungary, Austria, Italy, Germany and the United States together to summarize the results of the first full year of an interdisciplinary investigation of medieval population movements at the end of the so-called Migration Age (5th-8th centuries CE).

The first day was devoted to general introductions and background in history, archaeology, and genetics by David Caramelli, Walter Pohl, BalĂĄzs Mende, and Cosimo Posth as they have been applied to population movements. These presentations presented the complexities and problems of using both written and archaeological evidence to identify specific ethnic groups. Francesca Conselvan presented an overview of previous genetic based studies of medieval migration.

The second day concentrated on issues in Lombard archaeology and history. Here we saw that the definition of Lombards could vary by different criteria such as origin, law, military service, or culture, such that it is meaningless to attempt to define “Lombards” in any universal sense on a basis of archaeological or historical evidence. Daniel Peters, Tivadar Vida, and István Koncz working in Pannonia discussed specific problems such as the dependence on textual evidence for chronology, the problems of establishing clear material chronologies in comparison with Merovingian archaeology in Germany, and the apparent influence of fashion in grave goods throughout the region. Caterina Giostra provided an overview of Lombard archaeology in Italy.

A pilot project comparing Lombard cemeteries in SzĂłlĂĄd Hungary and Collegno, Italy occupied the third day. Tivadar Vida presented the archaeological site of SzĂłlĂĄd and Daniel Peters presented the extensive isotopic analyses done at the site. Caterina Giostra presented Collegno and Patrick Geary and Daniel Peters presented the preliminary isotopic results of the work performed by Suzanna Hakenbeck on the site. Stefania Vai presented the work that she has done to date on the aDNA samples from the two sites to prepare them for Next Generation Sequencing and the resulting data on Uracil-DNA glycosylase libraries from the Shotgun sequencing, concluding that it is indeed possible to obtain aDNA from the 40 samples from SzĂłlĂĄd and Collegno.

During the final day of the meeting Silvia Ghirotto presented the results of the preliminary data analysis from Collegno and Krishna Veeramah presented the techniques of modeling our data and together worked us through an initial attempt at determining sex of samples based on the shotgun sequencing data as a rough test of the quality of the data produced. The remainder of the day was dedicated to discussion of further steps in the project. Our conclusions were as follows:

  1. This type of interdisciplinary, international cooperation can make a significant contribution both to elucidating the deep history of Europe’s population and to perfecting tools for the analysis of aDNA. Thus the implications of this project reach far beyond the specific case studies currently in progress.
  2. It is clearly possible to get meaningful genetic data from our sixth-century specimens.
  3. We will continue with the pilot project that provides funds to sequence ca. 40 samples, twenty each from Collegno and from SzĂłlĂĄd. We will continue with whole mitochondrial sequencing and the preparation of forty samples including both Lombard and non-Lombard samples for NGS analysis.
  4. It has been decided that our targets will be:
    1. The 350k SNP chips developed by Johannes Krause in TĂŒbingen.
    2. 5k of continuous sequence, to include those continuous sequences previously selected for analysis by Johannes Berger in Mainz.
  5. This genetic analysis must be accompanied by exacting archaeological data on the individual graves from which each sample was taken as well as on the characteristics of the cemeteries in general. This information will be compiled by the appropriate Italian and Hungarian specialists.
  6. In the next months the Italian team will prepare a proposal to the ERC to fund the full scale project while the American team will prepare a more limited proposal for the NSF for a detailed analysis of kinship in the SzĂłlĂĄd cemetery.
  7. We agreed to plan another, fuller meeting in the future to discuss the results of the NGS work and analysis to be completed in the next year.
Walter Pohl Cosimo Posth Francesca Conselvan Stefania Vai David Caramelli Silvia Ghirotto Krishna Veeramah Maria Cristina La Rocca Patrick Geary Caterina Giostra IstvÁn Koncz Tivadar Vida Daniel Peters Balazs Mende Multidisciplinary study of early medieval migrations in Europe - Migration, NGS, Medieval History; Lombards, Stable Isotopic Analysis
Posted in Comptes rendus

Mutations de l’Europe du Sud XVIII-XXe siĂšcles

1985 - Mutations de l'Europe du Sud XVIIIe-XXe siÚcles ; modÚles de transformation de l'économie et de la société

Session du 23 août au 2 septembre 1985 et Colloque du 23 au 26 septembre 1985
Organisateurs : Georges Dertilis, Maurice Aymard, Michel Drain
----

Nom et prénom
Institution d'origine
Spécialité
AGRIANTONI ChristineUniversité d'AthÚnesHistoire économique et sociale
ANTONOPOULOS EliasEcole Pratique des Hautes EtudesHistoire de l'art et de l'archéologie
AYMARD MauriceMaison des Sciences de l'HommeHistoire anthropologique et sociale
CARLE LuciaInstitut Européen de FlorenceHistoire anthropologique
CARSTEN JanetLondon School of EconomicsAnthropologie sociale
COLLOMP AlainCERESMHistoire et ethnologie
DERTILIS GeorgesUniversité d'AthÚnes
Fondation de Recherche Banque Commerciale de GrĂšce
Histoire Ă©conomique de la GrĂšce
DRAIN MichelCNRS - MarseilleGĂ©ographie rurale de l'Espagne et du Portugal
DUROUX YvesCNRS - ParisDocteur en médecine
HADJIIOSSIF ChristosUniversité de CrÚteHistoire économique
HANDMAN Marie-ElisabethLaboratoire d'Anthropologie Sociale, CollĂšge de FranceAnthropologie sociale et rurale
ITURRA RaulInstitut Gulbenkian, LisbonneAnthropologie et histoire
KOSTIS ConstantinUniversité d'AthÚnesHistoire économique et sociale
MOULLAS PanosUniversité de SaloniqueHistoire des mentalités
MOUZELIS NikosLondon School of EconomicsSociologie et sciences politiques
NOUSCHI AndréUniversité de Nice - CMMCAnthropologie historique
PAPATAXIARCHIS AkisFondation de Recherche Banque Commerciale de GrĂšceHistoire Ă©conomique et sociale
PETMEZAS SocratesE.H.E.S.S. et Fondation de recherche Banque Commerciale de GrĂšceHistoire Ă©conomique
SAÏD SuzanneUniversitĂ© de Strasbourg IIHellĂ©niste
STAMATOYANNOPOULOU MariaFondation de Recherche Banque Commerciale de GrĂšceHistoire Ă©conomique et sociale
VERNIER BernardUniversité de Strasbourg IISociologie
Posted in Comptes rendus

Exposition “TrĂ©sors cachĂ©s d’une bibliothĂšque”, Aix-en-Provence

TrĂ©sors cachĂ©s d’une bibliothĂšque – Les livres d’artistes de la Fondation des Treilles

TrĂ©sors cachĂ©s d'une bibliothĂšque_2014A la Galerie d’art du Conseil GĂ©nĂ©ral des Bouches du RhĂŽne, quelques-uns des livres d’artistes collectionnĂ©s par Anne Gruner Schlumberger ont Ă©tĂ© montrĂ©s pour la premiĂšre fois. Du 7 mars au 1er juin 2014, l’exposition a prĂ©sentĂ© quatre-vingt-six Ɠuvres confiĂ©es par la Fondation des Treilles, ouvrages de bibliophilie mais aussi dessins et sculptures des mĂȘmes crĂ©ateurs.  Continue reading

Posted in Actualités, Collection, Histoire et vie de la Fondation, Patrimoine

Lauréats 2013 du Prix de la Résidence de la Photographie de la Fondation des Treilles

La remise officielle de la 3e édition du Prix de la Résidence de la Photographie de la Fondation des Treilles (voir description et conditions de participation) a eu lieu le lundi 3 mars 2014 au siÚge de la Fondation.  Continue reading

Posted in Actualités, Histoire et vie de la Fondation

Les intraduisibles du patrimoine

Liste des participants :

Herman Batibo , Hamady Bocoum (organisateur) , Barbara Cassin (organisateur) , Moulaye Coulibaly , Fary Silate Ka, Sozinho Matsinhe (organisateur), Vincent Négri, Nathan Schlanger, DaniÚle Wozny (organisateur)

Intraduisibles_du_patrimoine_2013

Séminaire « Les Intraduisibles du patrimoine »
par DaniĂšle Wozny
17-21 septembre 2013, Fondation des Treilles

Lire les remerciements

Compte rendu :

Résumé :

A travers la constellation des mots « musĂ©e » et « patrimoine » en sept langues – français, anglais, fulfulde, bamanakan, swahili, sukuma et tsonga -, leurs sens, leurs Ă©quivalents, leurs usages, les rĂ©seaux sĂ©mantiques auxquels ils participent, « Les intraduisibles du patrimoine », proposent quelques pistes pour alimenter la rĂ©flexion sur les enjeux du patrimoine dans un contexte mondialisĂ©.

Si le patrimoine se dĂ©cline en objets, en monuments, en forĂȘts, en richesses animale et vĂ©gĂ©tale, en traditions et rĂ©cits, il se dit surtout en « mots ». C’est en mots que se dĂ©finissent les critĂšres (exceptionnel, universel, symbolique, intĂ©gritĂ©, authenticitĂ©, identitĂ©, nature, culture,
) qui conditionnent la reconnaissance internationale d’un bien patrimonial par l’Unesco. Le patrimoine est donc indissociable de son expression linguistique ; comment s’opĂšre alors le passage de la langue « internationale » qu’est celle de l’Unesco aux langues d’Afrique ? Comment les critĂšres des Conventions de l ‘Unesco de 1972 et de 2003 pour la protection des patrimoines culturel et naturel et du patrimoine immatĂ©riel, qui fonctionnent en fait comme des concepts, font-ils sens en langues d’Afrique ? Comment contribuent-ils Ă  une mise en visibilitĂ© du patrimoine et, de ce fait, prennent-ils place dans le politique ?

Les mots-clés : musée, patrimoine matériel, patrimoine immatériel, paysage culturel, valeur universelle, traduction, appropriation, valorisation

 - 0 -

En prenant comme point de dĂ©part sept langues – le français, l’anglais, le fulfulde, le bambara, le swahili, le sukuma et le tsonga – les ateliers ont explorĂ© les points communs et les diffĂ©rences entre les traductions des mots « musĂ©e » et « patrimoine » dans ces diverses langues. Ils se sont attachĂ©s Ă  analyser certains symptĂŽmes du dĂ©calage entre les dĂ©notations et connotations du patrimoine et les efforts pour mettre en place des instruments normatifs permettant de gĂ©rer et protĂ©ger des biens patrimoniaux Ă  « valeur universelle exceptionnelle ».

Les dĂ©finitions du patrimoine comme les critĂšres d’éligibilitĂ© ont eu essentiellement pour sources les rĂ©flexions portĂ©es par l’Unesco et les instances europĂ©ennes sans prise en compte particuliĂšre d’autres traditions ou analyses de la relation complexe et mouvante entre patrimoine, histoire, mĂ©moire et identitĂ©. L’ampleur de l’action patrimoniale, menĂ©e le plus souvent en urgence par l’Unesco, a eu tendance Ă  masquer le fait que les façons dont on conçoit le patrimoine, les notions qu’il recoupe et les objets qu’il dĂ©signe diffĂšrent selon le lieu, le temps et l’univers linguistique dans lequel il prend forme.

Car si le patrimoine se dĂ©cline en objets, en monuments, en forĂȘts, en richesses animale et vĂ©gĂ©tale, en traditions et rĂ©cits, il se dit surtout en « mots ». Ce sont des mots en langues qui ancrent les patrimoines dans les cultures. C’est aussi en mots, cette fois dans les langues de l’Unesco, que se dĂ©finissent les critĂšres (exceptionnel, universel, immatĂ©riel, intĂ©gritĂ©, authenticitĂ©, identitĂ©, nature, culture,
) qui conditionnent la reconnaissance internationale d’un bien patrimonial et sa valorisation comme instrument du dĂ©veloppement Ă©conomique local.

Les possibilitĂ©s de traduction ont Ă©tĂ© d’emblĂ©e comprises comme indispensables Ă  une appropriation des logiques et des enjeux patrimoniaux Ă  l’Ă©chelle des populations et des communautĂ©s: comment dit-on ‘musĂ©e’ et ‘patrimoine’ dans les grandes langues transfrontaliĂšres vĂ©hiculaires d’Afrique? L’étude des traductions de ces deux mots-clefs montre l’ampleur des difficultĂ©s Ă  pallier pour donner un sens local Ă  un vocabulaire « mondial ».

La réappropriation de ces notions à travers les langues pourra non seulement permettre une meilleure protection des patrimoines matériels et immatériels, mais aussi contribuer à leur valorisation sociale, culturelle et, pourquoi pas, économique.

Dans les sĂ©minaires sur « Les intraduisibles du patrimoine », s’est opĂ©rĂ© un travail sur la diffĂ©rence des langues, de maniĂšre pluraliste et comparative en partant des symptĂŽmes que sont les « intraduisibles », non pas au sens de ce qu’on ne traduit pas, mais au sens de ce qu’on ne cesse pas de traduire, et en considĂ©rant les langues non seulement comme visions du monde mais comme fabrications de mondes.

A travers les mots, leurs sens, leurs Ă©quivalents, leurs usages, les rĂ©seaux sĂ©mantiques dans lesquels ils s’inscrivent, « les intraduisibles du patrimoine », proposent quelques Ă©lĂ©ments de rĂ©flexion. Ces pistes aident Ă  identifier des principes endogĂšnes de protection du patrimoine dont les lĂ©gislations africaines pourraient s’inspirer, et Ă  trouver les voies d’une coopĂ©ration interafricaine comme d’un dialogue renouvelĂ© avec l’Unesco. Par un effet retour, on peut penser que les langues d’Afrique (et bien sĂ»r d’autres continents) pourraient fĂ©conder la rĂ©flexion de l’Unesco sur ses propres concepts, et par lĂ  mĂȘme complexifier ses universaux.

DaniĂšle Wozny Hamady Bocoum Herman Batibo Barbara Cassin Fary Silate Ka Moulaye Coulibaly Nathan Schlanger Sozinho Matsinhe Vincent NĂ©gri Intraduisibles du Patrimoine - Fondation des Treilles
Posted in Comptes rendus | Tagged , , , , , , ,

Colloque sur le silence

Colloque sur le silence, organisé à la Fondation des Treilles du du 29 juin au 3 juillet 1984 par Jacqueline Ollier

Nom et prénom
Institution d'origine
Spécialité
BOUVET DanielleUniversité de GenÚveOrthophoniste
BRUGIERE BernardUniversité Paris III
BRUNEL PierreUniversité Paris IVLittérature française et musicologie
CADUC EvelyneUniversité de NicePoésie de Proust et de Saint-John Perse
CHARLES DanielUniversité de Paris VIIIMusique moderne
DIDIER BéatriceUniversité de Paris VIIIDirectrice de la revue "Corps Ecrit"
DURAND RégisUniversité de LilleLittérature américaine
ESTEBAN Claude (1935 - 2006)PoĂšte, Ă©crivain, journaliste
FLORENNE Yves (1918 - 1992)Romancier, dramatruge, critique littéraire
GRESSET Michel (1936 - 2005)UniversitĂ© de Paris VIITraducteur (spĂ©cialiste des œoeuvres de Faulkner)
GUEDJ ColetteUniversité de NiceStylistique et poétique des textes
LATRAVERSE FrançoisUniversité de Québec à MontréalEpistémologie
MICHEL JacquelineUniversité de Paris VII et de Haïfa (Israël)Récit poétique et poésie
OLLIER JacquelineUniversité de NiceLittérature américaine
PERRIN JeanUniversité de GrenobleLes poÚtes romantiques anglais
PROVOYEUR PierreAcadémie de France à Rome
REVEL-POUROZ JosselineUniversité de Nice
THEVENEAU OlivierEcole des Arts décoratifs de NiceProducteur de films

Les actes du colloque ont été publiés dans la revue Corps Ecrit, dirigée par Béatrice Didier (Corps Ecrit, n° 12, décembre 1984)

Posted in Comptes rendus

Sauver les manuscrits littéraires francophones : vers une charte mondiale de dépÎt matériel et immatériel

Liste des participants

Pierre-Marc de Biasi (organisateur), Anne Bourjade, Marie Cornu, Daniel Delas, Albert Dichy, Jean-Michel Djian, Valérie Dubec-Monoyez, Michelle Gendreau-Massaloux, Alex Gil, Sophie-Louise Heywood, Jean Jonassaint, Catherine Le Bris, Isabelle Le Masne de Chermont, Valérie Marin La Meslée, Nicolas Martin-Granel, Ridha Najar, Patrice Nganang, Isabelle Nyffenegger, Jérémy Pedrazzi, Emmanuel Pierrat, Claire Riffard (organisateur).

Riffard_deBiasi_Groupe_2013

Valérie Marin La Meslée Sophie-Louise Heywood Ridha Najar Isabelle Le Masne de Chermont Jean Jonassaint Michelle Gendreau-Massaloux Pierre-Marc de Biasi Isabelle Nyffenegger Claire Riffard Catherine Le Bris Emmanuel Pierrat Daniel Delas Jean-Michel Djian Anne Bourjade Jérémy Pedrazzi Alex Gil Patrice Nganang Marie Cornu Valérie Dubec-Monoyez

 

Résumé :

La situation des manuscrits littĂ©raires dans les pays francophones dits du Sud est particuliĂšrement dramatique. À dĂ©faut de moyens de conservation sur place, et en attendant que les pays se dotent de structures adĂ©quates, il est urgent de conserver ces manuscrits africains et caribĂ©ens en pĂ©ril, pour des raisons symboliques Ă©videntes, dans un espace de droit clairement identifiable comme exempt de toute dĂ©marche nĂ©ocoloniale. Il faut donc rĂ©flĂ©chir Ă  la structuration d’un rĂ©seau mondial de bibliothĂšques de dĂ©pĂŽt permettant de rĂ©pondre Ă  l’urgence de la conservation. ParallĂšlement, il faut structurer une banque d’images issues des fonds d’archives par un stockage numĂ©rique adaptĂ© aux exigences de la recherche et prĂ©parer la crĂ©ation d’un portail numĂ©rique francophone. Un tel projet ne peut ĂȘtre rĂ©alisĂ© sans rĂ©flĂ©chir conjointement Ă  une vĂ©ritable charte de dĂ©pĂŽt, incluant des conditionnalitĂ©s juridiques fortes capables de protĂ©ger le patrimoine africain et caribĂ©en des prĂ©dations occidentales.

Lors de la rencontre internationale rĂ©unissant sur ces questions des spĂ©cialistes du Sud et du Nord en septembre 2013 Ă  la Fondation des Treilles, les participants ont commencĂ© Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  une structure juridique et scientifique de dĂ©pĂŽt acceptable Ă  la fois par les ayants droit et par le rĂ©seau, au Sud et au Nord, de bibliothĂšques chargĂ©es de leur conservation et d’instances universitaires chargĂ©es de leur valorisation.

Deux textes ont vu le jour dans un Ă©lan collĂ©gial : une Ă©bauche de texte juridique Ă  visĂ©e internationale et un texte d’alerte, destinĂ© Ă  mobiliser dĂšs aujourd’hui le personnel politique et culturel africain et francophone sur ces questions.

Mots-clés : Afrique, Manuscrit, Francophonie, Génétique des textes, sauvegarde, conservation, bibliothÚque, charte, droit, propriété intellectuelle

 

Compte rendu :

La situation des manuscrits dans les pays francophones dits du Sud est particuliĂšrement dramatique.

D’abord pour de simples raisons climatiques que chacun connaĂźt : l’humiditĂ© tropicale est particuliĂšrement hostile Ă  la conservation du papier que convoitent de surcroĂźt toutes sortes de prĂ©dateurs. Lutter contre la destruction naturelle des manuscrits implique des dĂ©penses qui sont hors de portĂ©e des financements locaux envisageables mais on ne peut pourtant pas les sortir aisĂ©ment pour traitement puisqu’ils font partie du patrimoine national des pays concernĂ©s et que ceux-ci se mĂ©fient lĂ©gitimement de certaines entreprises Ă©trangĂšres. Ajoutons Ă  cette situation gĂ©opolitique difficile les trop frĂ©quents cyclones, tsunamis et tremblements de terre et on comprendra la difficultĂ© matĂ©rielle du travail Ă  mener Ă  terme.

Seconde source spĂ©cifique de difficultĂ©s : la relation au texte Ă©crit. Certains Ă©crivains se sont certes montrĂ©s plus soigneux de leurs archives (Rabearivelo, Senghor, Kourouma par exemple) mais, en gĂ©nĂ©ral, c’est la dispersion qui est la rĂšgle.

Enfin la question de la spĂ©cificitĂ© francophone en la matiĂšre tient aussi au statut un peu particulier des textes francophones Ă©ditĂ©s. D’abord parce que nombre de textes ont Ă©tĂ© publiĂ©s par de toutes petites maisons d’édition Ă  la durĂ©e de vie trĂšs brĂšve ou par de simples imprimeurs (c’est le cas en HaĂŻti) sans archives ni collaborateurs compĂ©tents. Ensuite parce que la relation entre les grands Ă©diteurs français et les Ă©crivains du Sud a Ă©tĂ© parfois difficile et que toutes les archives Ă©ditoriales ne sont pas encore ouvertes. LĂ  encore toutefois de grands progrĂšs sont notables.

C’est dans ce contexte gĂ©nĂ©ral qu’il convient de rappeler que beaucoup d’Ɠuvres d’écrivains francophones d’Afrique et des CaraĂŻbes restent inĂ©dites et n’existent qu’à l’état manuscrit ou tapuscrit. Lorsque les Ă©crivains disparaissent, les fonds sont laissĂ©s Ă  la responsabilitĂ© de familles souvent dĂ©munies pour faire face Ă  cette tĂąche. Quelques belles anecdotes de malle ou de cantine miraculeusement retrouvĂ©es ne doivent pas faire oublier que des corpus entiers sont chaque annĂ©e perdus, dispersĂ©s ou dĂ©truits.

Cette grave carence du point de vue de la sauvegarde et de la valorisation des manuscrits entraĂźne par ailleurs une consĂ©quence notable sur le plan de la recherche et de l’analyse littĂ©raire. Du fait de l’absence de fonds d’archives, les corpus  francophones du Sud ne peuvent bĂ©nĂ©ficier des outils proposĂ©s par la critique gĂ©nĂ©tique. Toute une dimension de la crĂ©ation littĂ©raire Ă©chappe ainsi Ă  la recherche, et c’est d’autant plus dommageable que ces corpus sont, dans leur Ă©criture et leur publication, soumis Ă  des enjeux et des processus tout Ă  fait spĂ©cifiques qui permettraient d’enrichir l’approche gĂ©nĂ©tique de toutes les dĂ©terminations propres aux transferts culturels qui les caractĂ©risent. Leur nature trĂšs largement “dĂ©territorialisĂ©e”, leur hybriditĂ© linguistique et culturelle, leur position complexe face aux diffĂ©rents champs littĂ©raires (champs locaux, champs français et francophone, rapport entre “centre” et “pĂ©riphĂ©rie”, etc.) pourraient ĂȘtre beaucoup plus finement analysĂ©es Ă  partir de la genĂšse des Ɠuvres.

L’enjeu de ce projet est donc Ă  la fois scientifique, Ă©thique et politique, car il s’agit aussi bien de revendiquer un traitement Ă©quivalent des grands fonds littĂ©raires africains et caribĂ©ens Ă  l’échelle du monde que de leur assurer l’intelligibilitĂ© Ă  laquelle ils peuvent lĂ©gitimement prĂ©tendre.

LĂ©opold SĂ©dar Senghor plaida pour cette sauvegarde du manuscrit d’écrivain :

Conserver les tĂ©moignages de la crĂ©ation et de la pensĂ©e et rendre accessibles Ă  la recherche internationale les manuscrits des crĂ©ateurs et des intellectuels est un geste profondĂ©ment civique, par lequel nous affirmons notre identitĂ© et assurons la continuitĂ©, la vie de notre hĂ©ritage culturel. (« MĂ©moire de l’Homme », in : Le Courrier de l’Unesco, ”Les manuscrits modernes : un patrimoine Ă  sauver, n°905, 1989, p. 4.)

Le pĂŽle « manuscrits francophones du Sud » de l’ITEM (Institut des Textes des Manuscrits modernes) du CNRS a identifiĂ© une premiĂšre liste d’Ɠuvres Ă  sauvegarder et Ă  traiter. Notre Ă©quipe a lancĂ© depuis cinq ans plusieurs chantiers de grande ampleur pour la sauvegarde de fonds littĂ©raires africains et caribĂ©ens, notamment à Madagascar (2008-2009), en RĂ©publique du Congo (2010-2012)…

À dĂ©faut de moyens de conservation sur place, et en attendant que les pays se dotent de structures adĂ©quates, il est urgent de conserver ces documents originaux, pour des raisons symboliques Ă©videntes, dans un espace africain / caribĂ©en protĂ©gĂ©, ou dans un espace de droit clairement identifiable comme exempt de toute dĂ©marche nĂ©ocoloniale. Il faut donc rĂ©flĂ©chir Ă  la structuration d’un rĂ©seau mondial de bibliothĂšques de dĂ©pĂŽt permettant de rĂ©pondre Ă  l’urgence de la conservation : par exemple une constellation de sites dans les pays francophones, renforcĂ©e par une forte implantation Ă  chaque fois que la chose est possible dans les pays du Sud (la Bibliotheca Alexandrina d’Égypte ainsi que la BibliothĂšque de Rabat au Maroc ont Ă  ce titre dĂ©jĂ  Ă©tĂ© approchĂ©es). Les archives collectĂ©es pourraient y ĂȘtre mises en dĂ©pĂŽt, dans un « dĂ©partement des manuscrits modernes » accessible aux chercheurs, avec contrat de retour au pays-source dĂšs que les conditions seront rĂ©unies.

ParallĂšlement, il faut structurer une banque d’images issues des fonds d’archives par un stockage numĂ©rique adaptĂ© aux exigences de la recherche et prĂ©parer la conception et la mise en Ɠuvre d’un portail numĂ©rique francophone permettant Ă  la communautĂ© des chercheurs du Sud et du Nord l’accĂšs Ă  ces fonds d’archives africains et caribĂ©ens, portail qui sera progressivement ouvert Ă  des ressources de plus en plus Ă©laborĂ©es : mise en ligne d’une vaste banque de fac-similĂ©s numĂ©riques, transcription des manuscrits, encodage, classement et interface de visualisation en ligne.

Un tel projet ne peut ĂȘtre rĂ©alisĂ© sans rĂ©flĂ©chir conjointement Ă  une vĂ©ritable charte de dĂ©pĂŽt matĂ©riel et immatĂ©riel, incluant des conditionnalitĂ©s juridiques fortes capables de protĂ©ger le patrimoine africain et caribĂ©en des prĂ©dations occidentales.

Lors de la rencontre internationale rĂ©unissant sur ces questions des spĂ©cialistes du Sud et du Nord en septembre 2013 Ă  la Fondation des Treilles, les participants ont commencĂ© Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  une structure juridique et scientifique de dĂ©pĂŽt acceptable Ă  la fois par les ayants droit et par le rĂ©seau, au Sud et au Nord, de bibliothĂšques chargĂ©es de leur conservation et d’instances universitaires chargĂ©es de leur valorisation.

Deux textes ont vu le jour dans un Ă©lan collĂ©gial : une Ă©bauche de texte juridique Ă  visĂ©e internationale et un texte d’alerte, destinĂ© Ă  sensibiliser dĂšs aujourd’hui le personnel politique et culturel africain et francophone sur ces questions.

Posted in Comptes rendus | Tagged , , , , , , , , ,